J.M.Barroso pour la culture d’OGM en Europe

Publié le : 9 février 2010

Alors que sa nouvelle équipe s’apprête à prendre ses fonctions, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, souhaite relancer « le processus d’autorisation de deux OGM controversés ».  Selon une source anonyme de l’exécutif bruxellois, « l’autorisation de la culture du maïs MON810 et de la pomme de terre Amflora est une de ses priorités« . Seul à pouvoir être cultivé au sein de l’Union européenne à des fins commerciales, le maïs MON810, OGM de la firme biotechnologique américaine Monsanto, a été interdit de culture par six pays qui ont fait jouer la clause de sauvegarde, dont l’Allemagne et la France. La porte-parole du président de la Commission européenne, Ahrenkilde Hansen a démenti les affirmations faites sur la volonté de ce dernier : « Le président Barroso n’a aucune intention d’imposer la culture OGM […]. Aucune décision n’a été prise concernant ces deux produits« .

 

Monsanto s’impatiente et attend le renouvellement de son autorisation déjà en retard : valable dix ans, celle-ci remonte à 1998. Selon une source de la Commission, José Manuel Barroso « se fonde sur les avis scientifiques qui disent que les OGM ne présentent pas de risques pour la santé, mais ne se préoccupe pas des possibles conséquences à long terme sur l’environnement« , et selon un responsable européen il « ne raisonne qu’en termes de marchés et de relations commerciales« .

 

Le président de la Commission européenne n’a « jamais caché être favorable aux OGM« . D’immenses intérêts financiers sont en jeu. Déjà, « l’Autorité européenne de la sécurité des aliments (Efsa) a […] donné son feu vert scientifique fin juin« . On imagine donc mal « la Commission désavouer ses experts, même s’ils sont contestés de l’extérieur« . Avec le départ du commissaire à l’environnement Stavros Dimas, opposé à la culture OGM, le président Barroso ne devrait pas avoir de difficultés à convaincre sa nouvelle équipe. Il doit cependant prendre en compte les réticences des Etats. Une source européenne indique qu’il « cherche une solution pour réautoriser le MON810 sans l’imposer aux Etats qui ne veulent pas de cette culture« .

<p>Libération 09/02/10 - Le Monde.fr 08/02/10 - Mediapart.fr (Sébastien Portal) 09/02/10 - Latribune.fr 08/02/10 - Nouvelobs.com 09/02/10 - Elle.fr 17/02/10 - Presseurop.eu (Cristina Oroveanu et Francisca M. Catana) 15/02/10 - Euractiv.fr 12/02/10 - Le Monde.fr (Stéphane Foucart) 09/02/10</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres