IVG médicamenteuse : Google et Facebook engagés dans la censure ?

Publié le 17 Sep, 2021

Dans un rapport, le Center for Countering Digital Hate (CCDH) s’offusque de la diffusion par Google et Facebook d’informations relatives à la réversibilité de l’avortement médicamenteux (cf. IVG médicamenteuse : un processus irréversible ?). Des « publicités » qui expliquent que la prise de progestérone peut annuler les effets du mifepristone, le premier des deux produits administrés pour mettre fin à une grossesse (cf. Etude sur l’IVG médicamenteuse : « Je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie. Une douleur sans nom »). Huit Etats américains imposent que les femmes qui ont recours à l’avortement médicamenteux soient informées de cette possibilité.

« Nous avons supprimé un grand nombre des annonces identifiées dans le rapport – dont la plupart étaient inactives et dataient de plusieurs mois ou années – pour avoir enfreint nos politiques concernant l’offre de produits et services pour adultes », a déclaré un porte-parole de Facebook.

De son côté, Lila Rose, présidente de Live Action, un groupe de défense de la vie, a indiqué que Google avait cessé de diffuser leurs publicités. En revanche, « la publicité pour les services d’avortement reste autorisée » pointe-t-elle, déplorant l’absence de « contrepoint ».

 

Sources : The Guardian, Alex Hern (15/09/2021) ; Aleteia, Zelda Caldwell (15/09/2021) – Photo : Tumisu de Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »
/ PMA-GPA

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »

Ranae et Audrey ont deux filles. Elles sont issues d’une « maternité partagée » ou ROPA (Réception d’ovule du partenaire) ...
57_justice_usa_16
/ IVG-IMG

USA : 12 Etats poursuivent en justice l’administration Biden au sujet de l’avortement

Le procureur de l’Ohio Dave Yost a intenté une action au sujet d'une règlementation sur l'avortement, devant le tribunal de ...
Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme
/ Genre

Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme

Le jeune homme à l’état civil souhaitait se voir prescrire « une hormonothérapie féminisante ». Sa mère, inquiète, a contacté ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres