IVG médicamenteuse : un processus irréversible ?

Publié le 22 Mar, 2021

L’avortement médicamenteux requiert la prise de deux substances. « Le premier comprimé donné aux femmes qui font un avortement – qu’il soit médicamenteux ou chirurgical – est la Mifegyne, qui est un anti-progestatif ». Il vise à décoller le placenta et à dilater le col de l’utérus. Ensuite, une femme qui a recours à un avortement médicamenteux se voit prescrire « de la prostaglandine – une hormone qui provoque des contractions ». Ce comprimé doit être pris deux jours après le premier.

Une possible poursuite de la grossesse ?

Il arrive que des femmes se rétractent après la prise du premier « médicament », témoigne un médecin. Ainsi, « il suffit qu’elles disent que la grossesse n’était pas prévue, pour que dans les plannings familiaux, on leur dise qu’il faut « y remédier » et dans ces cas-là, on leur propose l’IVG médicamenteuse ». « On ne leur donne souvent pas le temps de la réflexion », déplore-t-il.

Mais il est parfois possible d’interrompre le processus explique ce médecin. Si l’on administre de la progestérone, « notamment avec un médicament appelé Utrogestan qui va maintenir en place le placenta et permettre la poursuite de la grossesse », « de préférence dans les 12 à 24h, voire dans les 48h suivant la prise de Mifegyne », il peut être possible de poursuivre la grossesse. « Mais cela ne fonctionne pas systématiquement », tempère-t-il.

Des séquelles ?

« La Mifegyne n’est pas tératogène, affirme ce médecin. Cette molécule n’entraîne aucune malformation. » En effet, « l’anti-progestatif n’agit que sur le placenta, pas sur l’enfant lui-même », explique-t-il. Par contre, la deuxième substance, la prostaglandine, « entraîne dans 4% des cas des malformations des membres et plus rarement une atteinte du cervelet ».

Source : L’Incorrect, Jeanne Leclerc (19/03/2021) – Photo : iStock

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...