Iran : face à la politique nataliste, le planning familial à l’arrêt

Publié le 27 Jan, 2021

La politique nataliste de Téhéran continue depuis bientôt dix ans. En 2012, Ali Khamenei, le Guide suprême, avait déjà affiché l’objectif de « doubler la po­pulation » d’Iran « pour atteindre 150 millions d’habitants ». « Le slogan ‘Deux enfants suffisent relevait d’une politique occidentale erronée », expliquait alors Ali Khamenei, critiquant la politique trop stricte du planning familial après le baby-boom des années 80. A partir de 2014, vasectomie et ligature des deviennent réservés à des cas précis, familles d’au moins quatre enfants ou grossesses à risque très élevé (cf. Iran: une loi pour faire croître le taux de natalité).

Depuis quelques mois, le Guide suprême a décidé d’aller plus loin. « Il faut donner beaucoup d’importance à la question de la natalité et redouter le vieillissement de la population » a-t-il annoncé en juillet devant le Parlement. Accédant rapidement à son exigence, le Parlement a adopté dans la foulée un texte intitulé « la population et la promotion de la famille ». Toutes les mesures qui y figurent visent à « accroître le taux de fécondité ». L’objectif fixé est de 2,5 enfants par femme en moyenne, « contre 2,14 en 2018 ». Actuellement la moyenne d’âge en Iran est de 32 ans, mais « la proportion de la population vieillissante augmente », et « au rythme actuel », la croissance démographique sera nulle « dans une dizaine d’années ».

La distribution de contraception gratuite est dorénavant interdite, par les médecins ou le planning familial. Seules les pharmacies sont habilitées à fournir préservatifs, pilules, stérilets, etc. « Désormais, les patients doivent se procurer eux-mêmes des moyens de contraception s’ils le souhaitent. Nous, on ne peut plus rien leur donner » explique une jeune médecin généraliste en zone rurale. Quant à la vasectomie et la ligature des trompes [NDLR : méthodes de stérilisation définitive], les médecins ont maintenant l’interdiction de les conseiller aux patients, ceux-ci doivent faire eux-mêmes la démarche et en supporter le coût eux-mêmes.

Depuis ces nouvelles interdictions, les activités du planning familial sont presque à l’arrêt en Iran. L’organisme craint l’émergence de « problèmes psychologiques chez certaines patientes », avec le risque que cela « renforce les souffrances de la population », et que cela augmente « le nombre de grossesses à risques ».

 

Source : Le Monde, Ghazal Golshiri (26/01/2021) ; Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

01_ogm_ble
/ OGM

La Chine autorise un blé génétiquement édité

La Chine a délivré une approbation « exceptionnellement rapide » à une édition du génome du blé ...
Neuralink : malgré les dysfonctionnements, la FDA autorise l’implantation d’un deuxième patient
/ Transhumanisme

Neuralink : malgré les dysfonctionnements, la FDA autorise l’implantation d’un deuxième patient

Lundi, la FDA a autorisé l’implantation d’un deuxième patient avec le dispositif Neuralink ...
Elle donne un embryon à des amis : un « regret total »
/ PMA-GPA

Elle donne un embryon à des amis : un « regret total »

Après avoir eu un enfant par FIV, une Australienne a fait don d’un embryon à des amis « qui luttaient ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres