Iran, Inde : la GPA pour payer ses factures

Publié le 8 Fév, 2022

En Iran, en Inde et ailleurs, les femmes qui se tournent vers la gestation par autrui le font pour des motifs financiers.

Alors que l’Iran traverse une crise économique, la gestation par autrui (GPA) devient « un business florissant » [1]. Des femmes toujours plus nombreuses se résignent à « louer leur utérus » pour faire face au chômage et à la pauvreté.

En Iran, le salaire d’un ouvrier est de 65 euros par mois. Pour une GPA, les tarifs se négocient entre 2600 et 4800 euros, dont le cinquième est à « rétrocéder » à un « courtier ». Le calcul est rapide, malgré les risques encourus.

Autre pays, mêmes histoires : en Inde, la crise du Covid a poussé des femmes diplômées mises au chômage à se tourner vers la GPA. « Les banques faisaient pression sur moi pour le prêt que j’avais pris. Ma famille en Inde du Nord dépend de moi. Je ne peux pas laisser passer une occasion de gagner de l’argent », témoigne Neha[2]. « Mon salaire régulier de près de 50 000 roupies a été réduit à quelques milliers de roupies en une nuit. »

Une logique commerciale

Quand certains essaient encore de croire à une GPA « éthique », les faits ne mentent pas. Ce sont bien les femmes pauvres qui portent des enfants pour les femmes riches. Une réalité que dénonce Céline Revel-Dumas, auteur de GPA, Le grand bluff : « Lorsqu’il est évident, même éclatant, que la seule motivation des mères porteuses est financière – c’est le cas dans les pays tels que le Mexique et l’Ukraine où les niveaux de vie sont bas – la GPA est présentée comme une pratique qui relève du “gagnant-gagnant“. “Tu améliores mon existence en me donnant un enfant qui me manque – et moi je te donne de l’argent sans lequel tu ne peux pas bien vivre ».

Mais « la logique du gagnant-gagnant typiquement américaine relève d’un logiciel de pensée typiquement commercial, qu’on ne peut décemment pas appliquer froidement à l’individu, pointe la journaliste. Ni à l’enfant, ni à la femme. N’oublions jamais que nous ne faisons pas deux avec notre corps. Le vendre, c’est se vendre, et donc devenir objet dans le regard de l’autre. Faire de la grossesse et de l’arrivée au monde d’un enfant une opportunité pour des femmes précaires est inacceptable. Et présenter cette supercherie comme un nouvel humanitaire proposant un “travail social” aux femmes les plus pauvres, une indignité. »[3]

[1] Courrier International, En Iran, des femmes louent leur utérus pour subvenir à leurs besoins (22/01/2022)

[2] Gènéthique, Au chômage depuis le confinement, des Indiennes diplômées se tournent vers la GPA « pour payer leurs factures » (21/07/2020)

[3] Gènéthique, « Ceux qui utilisent le mot éthique comme complément de la GPA sont des menteurs, des ignorants ou des candides » (05/01/2022)

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre :

Partager cet article

Synthèses de presse

istock-518234140
/ Genre

Suède : le changement de sexe à l’état civil autorisé dès 16 ans

En Suède, le Parlement a adopté ce mercredi un texte qui abaisse de 18 à 16 ans l'âge minimum pour ...
Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?
/ Don d'organes

Don d’organes : la personnalité du receveur influencée par le donneur ?

Selon une étude publiée dans la revue Transplantology, les organes du donneur influencent la personnalité du receveur ...
10_pma_donneur_anonyme
/ PMA-GPA

Chine : l’enfant né par PMA post-mortem ne peut pas hériter

En Chine, un tribunal a rejeté la demande d’une femme qui souhaitait que son fils, né par PMA post-mortem avec ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres