He Jiankui : pas d’excuses, pas de regrets ?

Publié le 10 Fév, 2023

Après avoir suscité l’indignation pour avoir fait naître les premiers bébés génétiquement modifiés en 2018 [1] (cf. Le manuscrit de He Jiankui confirme les risques encourus par les bébés OGM), He Jiankui demande que l’on « respecte les enfants » et qu’on leur permette de « vivre une vie normale ».

Après avoir été licencié par la Southern University of Science and Technology de Shenzhen et avoir purgé une peine de trois ans de prison pour « pratiques médicales illégales », le scientifique travaille désormais sur les maladies génétiques rares.

Son expérience a été unanimement condamnée par la communauté internationale comme « monstrueuse », « prématurée, dangereuse et irresponsable » (cf. Trois comités d’éthique, français, allemand et britannique se prononcent sur l’édition du génome humain transmissible à la descendance).

« J’ai besoin de plus de temps pour y réfléchir »

Le scientifique de son côté se déclare simplement « inquiet comme n’importe quel autre père ». « Je l’ai fait trop vite », a-t-il seulement admis, refusant de s’excuser explicitement. « J’ai besoin de plus de temps pour y réfléchir », a-t-il indiqué. « C’est une question compliquée. »

He Jiankui doit suivre l’état de santé des enfants « dans le cadre du consentement à la recherche ». A leur majorité, ce sont elles qui décideront de leur suivi médical. Le chercheur aimerait souscrire une assurance maladie supplémentaire pour les petites filles, mais « aucune compagnie d’assurance n’est disposée à les assurer » depuis que la modification de leurs gènes a été révélée. Il envisage désormais de collecter des fonds via une organisation caritative « en cas de dépenses médicales imprévues » (cf. Editer le génome : des conséquences imprévisibles ?).

 

Complément du 14/03/2023 : Un comité bioéthique chinois, rassemblant des juristes, des scientifiques et des éthiciens, appelle à interdire à He Jiankui de pratiquer toute recherche sur des personnes. « Nous condamnons fermement son battage publicitaire trompeur sur ses projets de recherche sur les maladies rares, en l’absence d’éléments scientifiques et de garanties éthiques », a déclaré le bioéthicien Qiu Renzong.

[1] Un an après la naissance de Lulu et Nana, un troisième bébé, également génétiquement modifié, est né : Amy.

Sources : The Independent, Shweta Sharma (07/02/2023) ; BioEdge, Michael Cook (07/02/2023) ; South China Morning Post, Echo Xie (14/03/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres