GPA : Une nouvelle édition du salon « vente d’enfants »

Publié le 5 Nov, 2021

Le salon de la gestation pour autrui (GPA) commerciale, « Men Having Babies », se tient à Bruxelles du 5 au 7 novembre 2021 (Cf. Bruxelles : un cinquième salon de promotion de la GPA).

Il propose des contrats avec mères porteuses choisies sur catalogue. L’objet de cette transaction commerciale est « la livraison d’un enfant », dont on peut même choisir le sexe. Le prix quant à lui « varie entre 90 000 et 160 000 euros » en fonction du nombre d’intermédiaires impliqués dans la transaction (Cf. « Il n’y a pas de GPA éthique, c’est un terme marketing »).

L’enfant, comme le corps de la femme, est « marchandisé ». Ce qui n’est pas sans conséquences. L’enfant sera-t-il « indemne de troubles durant son existence, liés à l’arrachement à celle avec qui il s’est trouvé en symbiose durant neuf mois cruciaux, durant lesquels il a ressenti beaucoup de choses, qui demeureront plus tard dans le registre du subconscient ? » (Cf. Bioéthique, PMA, GPA, les enfants ont la parole).  Le sort des mères porteuses, parties au contrat, renvoie à « l’exploitation humaine, la maltraitance, le bafouement des droits et des libertés humaines » (cf. Salon Désir d’enfant : quand l’État français encourage par son silence et son inaction l’odieuse exploitation du corps des femmes et la vente d’enfants).

Des juristes et des avocats seront aussi présents, qui proposeront « des outils permettant de contourner la loi du pays du couple ou de la personne commanditaire ». En effet, la GPA demeure interdite en France par exemple. De même, plusieurs pays ne reconnaissent pas la validité des contrats commerciaux de GPA (cf.144 enfants nés par GPA recensés en Suisse, où cette pratique est interditeLes paradoxes français en matière de GPA ). 

Le Parlement européen a rappelé dans une résolution, votée le 21 janvier 2021, que « l’exploitation sexuelle à des fins de gestation pour autrui et de reproduction (…) est inacceptable et constitue une violation de la dignité humaine et des droits de l’homme ».

Sources : Institut Européen de Bioéthique (04/11/2021) ; Contrepoints, Johan Rivalland (05/11/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres