GPA : tout a-t-il un prix ?

Publié le 7 Déc, 2021

Au salon Men having babies, organisé à Bruxelles du 5 au 7 novembre dernier, l’offre se veut complète. Ovocytes, utérus, assurances, documents juridiques ont pu y être négociés.

Un accouchement par césarienne : 3 000 dollars. Une amniocentèse : 500 dollars. Un avortement : 2 000 dollars. Voilà les montants prévus par l’entreprise SurrogateFirst spécialisée dans la gestation par autrui. Une société qui se targue de « choyer » ses mères porteuses [1] : leur « satisfaction est notre première priorité – physiquement, émotionnellement et financièrement ». Une « satisfaction » qui semble passer par le fait de « compenser » financièrement une éventuelle hystérectomie par une enveloppe de 10 000 dollars.

SurrogateFirst était l’un des exposants  du salon Men having babies [2] qui s’est tenu à Bruxelles du 5 au 7 novembre dernier. Ovocytes, utérus, assurances, documents juridiques, l’offre du salon se veut complète. L’organisation « sans but lucratif » y a accueilli 250 candidats. Parmi les visiteurs, le président du blog Donorkinderen [3], un blog rassemblant des enfants nés après un don de gamètes, a relevé la nouveauté de l’édition 2021 : « un geste commercial », la « remise pour frères et sœurs ». Autrement dit, des embryons issus des mêmes donneurs peuvent être implantés dans deux mères porteuses simultanément. Une remise dont a bénéficié un homme célibataire qui « veut une grande famille », explique une commerciale : cinq mères porteuses sont enceintes en même temps [4].

Un bébé à tout prix ?

Mais peut-on réduire la vie à un produit, fabriqué la chaîne ? Le mirage est entretenu par les commerciaux de la GPA, avec l’offre « Baby Guarantee ». Un programme qui « donne droit » à un nombre illimité de tentatives pour obtenir un bébé. Le prix : 139 000$ (hors frais liés à la fécondation in vitro et à l’approvisionnement en gamètes). Et si malgré tout le client devait rentrer chez lui sans enfant, il serait intégralement remboursé.

Comme le pointe Céline Revel-Dumas dans son dernier livre GPA, Le Grand Bluff, la GPA c’est dire à une femme « ton corps m’appartient »[5]. A l’enfant qui en est le produit aussi. Tous deux étaient en vente à Bruxelles du 5 au 7 novembre dernier.

 

Cet article a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : « Men Having Babies », un salon où tout se négocie, la GPA y compris

 

[1] https://surrogatefirst.com/pages/surrogate-compensation (accédé le 25/11/2021)

[2] Gènéthique, GPA : Une nouvelle édition du salon « vente d’enfants » (20/11/2021)

[3] Donorkinderen, Men Selling and Buying Babies, Steph (20/11/2021)

[4] Gènéthique, La fabrique des orphelins (22/11/2021)

[5] GPA Le Grand Bluff – Céline Revel-Dumas, Editions du Cerf, p. 186

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres