Bruxelles : un cinquième salon de promotion de la GPA

Publié le : 12 septembre 2019

Les 21 et 22 septembre prochains, des entreprises américaines et canadiennes spécialisées dans la gestation pour autrui (GPA) viendront pour la cinquième année consécutive à Bruxelles afin de remplir leurs carnets de commandes. Elles proposent « sur catalogue un éventail de femmes qui acceptent de porter un enfant contre rémunération pour le remettre ensuite aux commanditaires à la naissance ». Une transaction valant entre 80 000 et 150 000 euros.

 

Ainsi, ces entreprises promeuvent la GPA en Belgique, pays dans lequel cette pratique n’est pas formellement interdite. Toutefois « les contrats de gestation pour autrui n’y ont aucune valeur légale ».

 

Une mobilisation citoyenne devant l’hôtel qui accueillera ce salon est d’ores et déjà annoncée « pour demander l’interdiction de la promotion commerciale de la GPA en Belgique ». La Belgique ne peut ignorer la position du Parlement européen qui a explicitement condamné « la pratique des mères porteuses, qui porte atteinte à la dignité humaine de la femme dans son corps et ses fonctions de reproduction utilisés comme une marchandise », rappelle l’Institut Européen de Bioéthique[1].

 

Pour aller plus loin :

 


[1] rapport de 2015 sur les droits de l’Homme et la démocratie

<p>Institut européen de bioéthique (11/09/2019) - <a href="http://xl4q2.mjt.lu/lnk/AMIAAEvtTtMAAchP95IAAHESdhgAAYAyIl0AH82hAA6RZwBdeSXoA744DXkHRtCCjJb5ibpCSQAOaFo/6/zdk1M7oO5Nemo-nsOJsRng/aHR0cHM6Ly93d3cuaWViLWVpYi5vcmcvZnIvYWN0dWFsaXRlL2RlYnV0LWRlLXZpZS9nZXN0YXRpb24tcG91ci1hdXRydWkvZGVzLWVudHJlcHJpc2VzLWFtZXJpY2FpbmVzLWRlLXZlbnRlLWQtZW5mYW50cy1zLWludml0ZW50LXBvdXItbGEtY2lucXVpZW1lLWZvaXMtYS1icnV4ZWxsZXMtMTY2NC5odG1sP2JhY2t0bz1idWxsZXRpbg">Des entreprises américaines de vente d’enfants s’invitent pour la cinquième fois à Bruxelles</a></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres