FIV: la kisspeptine, nouvel inducteur de l’ovulation

Publié le : 19 juin 2013

 Selon une étude présentée le 18 juin dernier lors du congrès annuel de The Endocrine Society, à San Francisco, la kisspeptine, une hormone naturelle, permet de « restaurer la pulsatilité de sécrétion de GnRH et des cycles d’ovulation« . Elle serait mieux tolérée que les inducteurs aujourd’hui utilisés pour déclencher l’ovulation, « qui exposent près d’une femme sur 100 au syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO)« . 

 

L’équipe britannique a réalisé l’étude sur 30 femmes, les résultats ont été positifs pour 29, et les ovules de 28 d’entre elles ont pu être utilisés pour la FIV [Fécondation in vitro]. Il y a huit semaines, à Londres, est né « le premier bébé conçu avec cet inducteur de l’ovulation« .  

 

L’équipe de chercheurs  » [attend] la fin de cette petite étude prévue cette été avant de tester la molécule à plus grande échelle chez les pateintes à risque de SHO« . Mais pour le Pr Richard Fleming, expert britannique de la British Fertility Society, « il est bien trop tôt pour recommander l’utilisation de la kisspeptine en routine » et « selon toute vraisemblance il faudra patienter quelques années pour que ce nouveau traitement soit largement disponible« . 

 

Ndlr: Ce produit ne pourrait-il pas être utilisé pour restaurer l’ovulation chez des femmes anovulatoire en désir de grossesse, sans passer par la fécondation in vitro?

<p> Lequotidiendumedecin (Dr Irène Grogou) 18/06/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres