Fin de vie : Une nomination inquiétante au ministère de la santé

Publié le 23 Mai, 2022

Vendredi, la composition du nouveau gouvernement a été révélée : le ministère des Solidarités et de la Santé est désormais partagé entre Brigitte Bourguignon, ministre de la Santé et de la Prévention, et Damien Abad, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.

Jusque-là ministre déléguée chargée de l’Autonomie[1], Brigitte Bourguignon est passée du parti socialiste à la République en en Marche en 2017. Sa nomination a immédiatement été saluée par l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, au moyen d’un tweet. Brigitte Bourguignon n’a en effet jamais dissimulé ses positions en faveur de l’euthanasie : cosignataire de plusieurs textes réclamant l’« aide médicale à mourir » (cf. Une proposition de loi dangereuse sur la fin de vie ; 156 députés signataires d’une tribune pressent le gouvernement sur l’aide médicale à mourir), elle estimait déjà en 2018 que « « d’un point de vue législatif, (…) il ne manque pas grand-chose. On a déjà accepté la sédation totale mais certains cas peuvent demander une aide plus active » (cf. Des députés LREM déterminés à faire évoluer la loi vers l’euthanasie). Elle était particulièrement « proche de Marie Humbert », qui a euthanasié son fils en 2003. Enfin, c’est sous son mandat au ministère de l’Autonomie qu’a été révélé le « scandale Orpea » (cf. Scandale dans les Ehpad : affaire privée ou affaire d’Etat ?), et que la loi « grand âge et autonomie » a été abandonnée (cf. La loi « grand âge et autonomie » reportée). Des faits révélateurs, alors qu’Emmanuel Macron a de son côté annoncé une convention citoyenne sur la fin de vie et (cf. Fin de vie, GPA… : Emmanuel Macron précise son programme en matière de bioéthique). Le président réélu ne s’est lui non plus pas caché de ses positions « pro-euthanasie » (cf. Présidentielles : Emmanuel Macron favorable à l’euthanasie).

De son côté Damien Abad, ancien président du groupe Les Républicains à l’Assemblée, a signé à plusieurs reprises des textes en faveur du développement des soins palliatifs (cf. Une proposition de loi pour faire des soins palliatifs la grande cause nationale 2018 ; Une proposition de résolution déposée pour développer les soins palliatifs). Alors que les deux ministres seront appelés à travailler de concert sur des sujets transversaux, fera-t-il le poids ?

[1] Depuis 2020 ; elle était de 2017 à 2020 présidente de la Commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale.

Partager cet article

Synthèses de presse

13_medecin
/ PMA-GPA

Pays-Bas : la GPA bientôt remboursée

La mesure concerne uniquement les femmes dès lors qu’elles « ne sont pas en mesure de mener une grossesse à ...
hacker-1872291_640
/ E-santé

Cyberattaque : un nouvel hôpital francilien pris pour cible

L'établissement hospitalier de Versailles est la cible d’un cyberattaque depuis samedi soir. Une enquête préliminaire a été ouverte ...
L'avortement s'installe en Irlande du nord
/ IVG-IMG

L’avortement s’installe en Irlande du nord

Le gouvernement britannique a annoncé la mise en place officielle « de services permanents d'avortement » en Irlande du Nord ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres