Fin de vie : “La peur ancestrale de la mort” serait-elle remplacée par la peur de la vieillesse ?

Publié le 4 Nov, 2021

Le confinement dans les EHPAD était « indispensable » durant la crise du Covid. Cependant, Damien Le Guay, philosophe, président du Comité National d’Ethique du Funéraire, dénonce « une défaillance du système » qui a rompu les liens sociaux avec les familles et les autres résidents, durant une longue période. Or, ces liens constituent bien souvent la « raison de vivre » des personnes âgées. Nous avons assisté à une « primauté de la raison hygiéniste » en voulant maintenir la vie biologique, « au détriment de la raison de vivre » (cf. Covid-19 : une « révolution sanitariste » ?), « une forme d’incompréhension et d’aveuglement anthropologique quant aux raisons des uns et des autres de se maintenir en vie ».

La crainte de la vieillesse

Pour le philosophe, « le troisième âge n’a plus complètement sa place dans la société ». Alors que « la vie active » est valorisée, « la vieillesse est considérée comme une forme d’obsolescence des personnes ». De plus, la politique actuelle montre que « nous ne sommes pas complètement dans cette urgence du troisième âge qui mériterait que l’on s’y intéresse plus » (cf. Prévenir pour mieux vieillir : le rapport « Grand âge et autonomie » du ministère de la santé). Enfin, notre société moderne relègue les personnes âgées dans les EHPAD, qui « ne sont pas des lieux de vie », à l’extérieur des villes et des familles. « Elles sont essentiellement entre elles » (cf. Confinement des résidents d’EHPAD : le Conseil d’Etat suspend l’interdiction de sortie).

Notre espérance de vie a augmenté grâce aux progrès de la médecine, mais, s’accompagne de déficiences intellectuelles, troubles cognitifs associés au grand âge « qui n’existaient pas avant » et que nous ne savons pas soigner. Alors qu’avant on mourait plus jeune, aujourd’hui nous avons peur de ces maladies dégénératives du cerveau. L’euthanasie, qui risque d’arriver en France, « est comme une réponse à des progrès médicaux » assez puissants pour maintenir « les corps sans le cerveau ».

« La peur ancestrale » de la mort existe toujours alors que « le bouclier symbolique de la religion ne fonctionne plus comme il a fonctionné ».

Accompagnement des personnes en fin de vie et deuil

Pendant la crise du Covid, nous avons eu de « vrais manquements » sur la fin de vie et le deuil. Aujourd’hui, « il faut avoir une vraie réflexion pour faire en sorte que l’accès aux personnes en fin de vie ou aux personnes mortes soit un droit inaliénable, et qui s’opposent à toutes les autres formes de considérations ». Des réponses juridiques vont être mises en place, afin de faire évoluer la règlementation face à l’épidémie (cf. Ehpad et hôpitaux : les sénateurs créent un droit opposable aux visites).

Source : Atlantico avec Damien Le Guay (02/11/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres