Fécondation in vitro … 20 ans après

Publié le : 22 février 2002

Amandine, premier  » bébé-éprouvette « , est née il y a 20 ans, le 24 février 1982. Depuis, le nombre de naissances par assistance médicale à la procréation (AMP) est en hausse due au renforcement de la technicité des centres et au recours à l’ICSI (technique consistant à introduire à l’aide d’une micropipette un spermatozoïde dans un ovocyte).

 

En 1998, 13 453 enfants sont nés par AMP, soit 1,8% des naissances en France.

 

Aujourd’hui, les spécialistes de l’AMP reconnaissent qu’il manque de données scientifiques sur le devenir des enfants nés par fécondation  » in vitro « . Le professeur François Olivennes, responsable de l’unité AMP à l’hôpital Antoine Béclère explique :  » les seules études qu’on peut considérer comme valides portent sur les données périnatales, c’est à dire à la naissance. Il s’agit d’études sur le taux de prématurité, de petit poids, de malformations « . Selon lui, les principales difficultés concernent les naissances multiples. On recense en France, après une FIV, environ 25% de grossesses gémellaires et 3% de grossesses triples.

 

A propos de l’étude publiée dans The Lancet début février (cf. revue de presse du 08/02/02) affirmant que les enfants issus de FIV avaient plus de risques d’être atteints de problèmes neurologiques, le professeur Olivennes nuance :  » cette étude comporte certains biais, en particulier le fait que les enfants FIV sont généralement des enfants hyper-suivis, hyper-entourés et donc susceptibles d’être orientés vers des centres de prise en charge « .

Enfin, Sylvie Tiné-Brissiau, psychologue clinicienne et psychanalyste au sein d’une équipe FIV, aborde la question de la révélation ou non du mode de conception à l’enfant né par AMP. Elle explique qu’  » au début, les équipes étaient plutôt sur le discours du secret (…). Aujourd’hui, cela a radicalement changé et on conseille plutôt au couple un discours de transparence, de limpidité sur leur histoire. Cela permet d’éviter à l’enfant une annonce non prévue « .

 

La revue de presse quotidienne représente toutes les opinions exprimées dans la presse sur l’actualité bioéthique. Celles-ci ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.

<p>La Croix (Pierre Bienvault) 22/02/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres