Etats-Unis : des milliards de moustiques génétiquement modifiés bientôt relâchés

Publié le 15 Mar, 2022

Plus de deux milliards de moustiques mâles génétiquement modifiés vont être relâchés en Californie et en Floride au cours des deux prochaines années. L’opération a reçu le feu vert de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) [1] (cf. Moustiques génétiquement modifiés : entre Dr Jekyll et Mr Hyde).

Ces moustiques sont fabriqués par la société Oxitec, basée à Oxford au Royaume-Uni. L’objectif est de combattre les maladies transmises par les moustiques, comme la dengue, la fièvre jaune et le Zika (cf. Brésil : des moustiques génétiquement modifiés pour éradiquer le virus Zika ?). Les moustiques Aedes aegypti mâles ne piquent pas les êtres humains, au contraire des femelles. La modification génétique introduite entraîne la mort des femelles peu après leur naissance.

Le projet doit encore être approuvé par les Etats de Californie et de Floride, mais le premier lâché devrait avoir lieu cette année.

Un projet controversé

La Floride avait déjà accueilli un essai l’année dernière au cours duquel des millions de moustiques du même type avaient été relâchés dans les Keys (cf. Floride : lâcher des Moustiques OGM pour lutter contre les maladies ?). « Une initiative destructrice et dangereuse pour la santé publique » selon l’organisation Friends of the Earth. Car « une fois libérés dans l’environnement, les moustiques génétiquement modifiés ne peuvent être rappelés », rappelle le Dr Robert Gould, président de l’association San Francisco Bay Physicians for Social Responsibility.

De son côté le directeur du Center for Food Safety, Jaydee Hanson, qualifie l’expérience de « dangereuse et inutile » car il n’y a « aucun cas de dengue, de fièvre jaune, de chikungunya ou de Zika acquis localement en Californie ».

« Les scientifiques ont trouvé du matériel génétique de moustiques génétiquement modifiés dans les populations sauvages à des niveaux significatifs, ce qui signifie que les moustiques génétiquement modifiés ne sont pas stériles, pointe Dana Perls, responsable du programme alimentaire et technologique de Friends of the Earth. Les moustiques génétiquement modifiés pourraient entraîner beaucoup plus de problèmes de santé et d’environnement qu’ils n’en résoudraient ».

Au total, deux milliards de moustiques seront relâchés en Californie, et 400 millions en Floride, où des millions de moustiques se sont déjà répandus.

Complément du 12/07/2023 : Après les moustiques, l’entreprise Oxitec s’attaque aux parasites agricoles. La société prétend réduire la population d’une tique, la Rhipicephalus microplus, qui prolifère sur le bétail « un peu partout dans le monde ».

Pour ce faire, Oxitec vient de recevoir un financement de la fondation Bill et Melinda Gates de 4,8 millions de dollars pour « lancer le développement d’une solution “Friendly™” » de la tique bleue. C’est la première fois que l’entreprise essaie sa technologie brevetée sur un acarien.

Oxitec affirme que la diffusion de tiques mâles stériles permettra de « limiter, voire de supprimer », la population du parasite. Une « alternative biologique aux pesticides », selon la société.

La fondation Bill et Melinda Gates est l’« un des principaux bailleurs d’Oxitec ». « Récemment » ils lui ont accordé de 18 millions de dollars pour des « lâchers expérimentaux » de moustiques Anopheles à Djibouti.

[1] Environmental Protection Agency

Sources : Daily Mail, Ryan Morrison (10/03/2022) ; Inf’OGM, Christophe Noisette (11/07/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres