Espagne : le Conseil Général des Médecins s’oppose à la création d’un registre des médecins objecteurs

Publié le 5 Mar, 2021

En Espagne, les médecins défendent l’objection de conscience face à l’euthanasie et s’opposent à l’enregistrement des médecins objecteurs. Le Conseil Général des Médecins (CGCOM – Consejo General de Colegios Oficiales de Médicos) a publié un nouveau communiqué pour refuser « la création d’un registre des opposants à la proposition de Loi » réglementant l’euthanasie et l’aide au suicide en Espagne (cf. Espagne : l’Assemblée adopte le projet de loi euthanasie).

Le CGCOM y explique que ce registre « peut contrevenir au droit de ne pas être tenu de déclarer son idéologie, sa religion ou ses croyances », un droit garanti par l’article 16,2 de la constitution espagnole. La création du registre pourrait également « aller à l’encontre du droit à la confidentialité et à la non- discrimination ».

Le CGCOM défend l’objection de conscience « parce qu’elle relève de l’exercice d’un droit individuel de la personne à disposer avec liberté de sa pensée et de sa vie conformément à ses valeurs ». Rappelant que l’euthanasie n’est « pas la manière habituelle de procéder » face aux maladies graves en phase terminale ou invalidantes, le Conseil insiste sur le fait que le rôle premier du médecin est de « reconnaître la dignité de la personne » car « tous sont dignes de respect, d’attention, de soins et de protection » (article 5.1 du Code de Déontologie Médicale de 2011). Le communiqué ajoute que « jusqu’au bout demeure l’obligation de faire usage de moyens proportionnés pour prodiguer bien-être et attention » (article 36.1 du Code de Déontologie Médicale de 2011).

Ce nouveau communiqué s’inscrit dans la lignée de celui du 18 décembre 2020 (cf. A Madrid, les Collèges des Médecins, Dentistes et Pharmaciens opposés à la loi euthanasie). Le CGCOM y affirmait son opposition à l’euthanasie et son engagement à promouvoir des soins palliatifs de qualité. Il y notifiait déjà sa « profonde préoccupation » face à la « question clé » de l’objection de conscience, « qui peut devenir un facteur déterminant pour la pratique professionnelle ».

 

Source : Hispanidad (04/03/2021) – Photo : iStock\DR

Partager cet article

Synthèses de presse

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans
/ Fin de vie

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans

Shanti De Corte, une jeune flamande de 23 ans, a été euthanasiée pour « souffrance psychiatrique irrévocable ». Une enquête a ...
« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France
/ Fin de vie

« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France

Les formations « derniers secours » viennent d’être lancées en France par la SFAP. Elles existaient déjà dans une vingtaine d’autres ...
Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres
/ Genre

Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres

Les détenus purgeant une peine fédérale au Canada peuvent désormais être incarcérés dans la prison correspondant à "l’identité de genre" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres