De la recherche sur l’embryon (III/III)

Publié le : 25 mai 2009

Troisième et dernier article, dans Liberté Politique, de Pierre-Olivier Arduin, responsable de la Commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon sur la recherche sur l’embryon humain (cf. Synthèse de presse du 18/05/09 et Synthèse de presse du 06/05/09) et plus particulièrement sur ses aspects éthiques et le statut moral de l’embryon.

Dans un premier temps, il affirme que « quels que soient les résultats escomptés de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, les atteintes qu’elle porte à la dignité humaine suffisent à la condamner fermement ».

Il rappelle que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a précisé, dans son rapport préparatoire aux Etats généraux, que « quelles que soient les convictions des uns et des autres quant au statut ontologique de l’embryon humain, il est difficile de nier précisément, son caractère humain, à défaut de quoi la science s’intéresserait différemment à lui ».

Les scientifiques reconnaissent que le zygote existe dès la fusion des gamètes. Cet enfant embryonnaire est différencié, totalement distinct de ses parents et de tout autre embryon : « il s’agit biologiquement d’un être dont le patrimoine génétique nous apprend qu’il n’est ni un végétal ni un animal mais bien un individu de l’espèce humaine ».

Pierre-Olivier Arduin dénonce « le flagrant déni de dignité » du Conseil d’Etat qui a repris l’appréciation du Conseil constitutionnel de 1994 : « au regard de l’état des connaissances et des techniques […], le principe du respect de tout être humain dès le commencement de sa vie [art 16 Code civil] n’est pas applicable aux embryons fécondés in vitro ».

Il souligne que même si l’on doute que l’embryon humain soit bel et bien une  personne, « accepter de le détruire reviendrait à prendre le risque de commettre un homicide ».

Et de conclure que le Conseil d’Etat a détourné le principe de dignité au profit de celui de l’utilité et qu’avec « un régime permanent d’autorisation » de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, il consacre « l’instrumentalisation irrémédiable de la vie humaine conçue ».

<p>Liberté Politique.com (Pierre-Olivier Arduin) 20/05/09</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres