Contraception : des risques, quel bénéfice ?

Publié le 10 Juin, 2022

Selon un sondage BVA réalisé pour le laboratoire Effik, 66% des femmes âgées de 15 à 24 ans utilisent un moyen de contraception. Pour 44% d’entre elles, il s’agit de la pilule[1].

« J’ai pris la pilule de 16 à 20 ans mais devant le nombre de symptômes bizarres que je ressentais, j’ai fini par me pencher sur la liste des effets secondaires, témoigne Marie. Elle était très longue. » Avec la plus large diffusion des risques d’une prise hormonale prolongée, la part des jeunes femmes ayant recours à la pilule est en baisse. En 2016, elles étaient 60%[2].

Eva est passée par tous les moyens de contraception. Après la pilule qui ne l’a pas empêchée de tomber enceinte, et le stérilet en cuivre qui lui a provoqué « des infections diverses qui ont culminé en salpingyte », elle a fini par se faire poser un implant Essure. « Histoire de ne pas avoir à se gaver d’hormones synthétiques jusqu’à la ménopause », explique-t-elle. Un dispositif de stérilisation, non sans effets secondaires, qui ont provoqué son retrait du marché. Des poursuites contre le laboratoire sont en cours (cf. Essure® : la santé des femmes face à l’industrie pharmaceutique).

C’est qu’il y a un marché. Avec la désaffection de la pilule, les laboratoires ont réussi à trouver un nouveau débouché : les jeunes « transgenres ». Un débouché pérenne puisque la prescription est à vie. Et les risques aussi (cf. Changement de sexe chez les enfants : « un des plus grands scandales sanitaire et éthique »).

 

[1] Magic Maman, Quelle est la contraception préférée des femmes de 15 à 24 ans ?, Nina Parage (08/06/2022)

[2] Marie Claire, Retour au naturel : elles refusent les hormones contraceptives, Nadia Hamam (07/06/2022)

Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres