Changement de genre chez les mineurs : l’impact des traitements hormonaux sur la dépression et le suicide reste inconnu

Publié le 10 Juin, 2024

Alors que certains experts affirment que les études observationnelles en médecine pédiatrique du genre ont systématiquement constaté une amélioration de la santé mentale justifiant ainsi les interventions hormonales, un article publié dans la revue Acta Paediatrica [1] présente une analyse des études longitudinales dans ce domaine (cf. Les chirurgies de changement de genre associées à une augmentation des suicides). Son auteur, le Dr Kathleen McDeavitt du Baylor College of Medicine, en conclut au contraire que l’impact des interventions hormonales sur la dépression et les tendances suicidaires dans cette population est inconnu.

Pour aboutir à cette conclusion, le médecin a examiné 14 recherches cliniques portant sur la dépression et/ou la suicidalité dans un contexte de transition de genre. Six études rapportaient des résultats positifs sur la dépression et deux études donnaient des résultats positifs pour la suicidalité (cf. Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques ). En revanche, l’étude la plus importante donnait des résultats négatifs (cf. ; Genre : la « transition médicale » associée à une augmentation des suicides de mineurs). Qui plus est, certaines études formulaient des conclusions positives malgré des résultats « insignifiants, faibles ou même négatifs ».

En analysant ces études, Kathleen McDeavitt a ainsi constaté une « démonstration incohérente » des avantages potentiels des traitements hormonaux en ce qui concerne la dépression et les tendances suicidaires chez les mineurs se déclarant transgenres (cf. « La transition de genre est devenue incontrôlable » : l’alerte d’une psychiatre « pionnière » dans ce domaine). Elle en conclut que l’impact du traitement hormonal sur la dépression et le taux de suicide reste inconnu (cf. Les traitements pour prévenir le suicide des personnes transgenres ? La réponse de 21 experts de 9 pays).

 

[1] McDeavitt K. Paediatric gender medicine: Longitudinal studies have not consistently shown improvement in depression or suicidality. Acta Paediatr. 2024;00:1–15. https://doi.org/10.1111/apa.17309

Source : Observatoire de la Petite sirène, Kathleen McDeavitt (08/06/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Euthanasie : en Espagne, un projet de réforme pour inclure les maladies mentales
/ Fin de vie

Euthanasie : en Espagne, un projet de réforme pour inclure les maladies mentales

Le ministère de la santé espagnol, avec l’aide des communautés autonomes, a travaillé sur une réforme du « Manuel de ...
cellules_souches_2_-_freeimages

Cellules souches : une nouvelle technique pour réparer les lésions corporelles internes

Des scientifiques ont utilisé des protéines conçues par ordinateur pour « diriger » des cellules souches humaines et former de ...
istock-89954120
/ PMA-GPA

La GPA, un droit de l’homme ?

Un nouveau document d'orientation du FNUAP suggère que la GPA devrait être considérée comme un élément de la « planification familiale ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres