Au Kentucky, le projet de loi « Born Alive » franchit le dernier obstacle

Publié le 25 Jan, 2021

« Born Alive » est un projet de loi qui a pour but de rendre obligatoires les soins médicaux aux bébés nés vivants, même à l’issue d’un avortement raté. Le gouverneur Andy Beshear ne soutient pas cette loi, mais il a choisi de ne pas apposer son veto. Le projet de loi va donc pouvoir devenir loi malgré l’absence de signature du gouverneur.

Le Sénateur Whitney Westerfield, à l’origine du projet de loi, a déclaré vendredi qu’il était « reconnaissant » que le gouverneur n’ait pas opposé son veto, mais « déçu » qu’il ait choisi de ne pas signer. L’ACLU, elle, est « très contrariée » qu’Andy Beshear n’ait pas empêché que la mesure devienne loi cette semaine. Crystal Staley, porte-parole du gouverneur, a expliqué vendredi qu’il a fait ce choix parce que la mesure concerne « une situation qui, à [sa] connaissance, ne s’est jamais produite dans le Kentucky et est déjà illégale en vertu d’autres lois du Kentucky ».

Selon ce projet de loi, un médecin pratiquant un avortement devra « prendre toutes les mesures raisonnables et médicalement appropriées pour préserver la vie et la santé d’un enfant né vivant ». Chacun devra « être nourri et recevoir des soins médicaux, des traitements et des soins chirurgicaux jugés médicalement appropriés ». « Cela signifie que nous allons protéger les enfants qui naissent vivants, en toutes circonstances, et pas seulement d’une tentative d’avortement ratée », ajoute le Sénateur Westerfield.

 

Source : Washington Times, Bruce Schreiner (22/01/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres