AlphaGo : un logiciel capable d’apprendre « sans rien savoir du jeu de Go »

Publié le : 20 octobre 2017

Après AlphaGo, le premier programme informatique à avoir battu l’homme au jeu de Go (cf. Intelligence artificielle : L’homme défait par le logiciel Alpha Go), les concepteurs de Google DeepMind « annoncent avoir mis au point une version considérablement plus puissante de leur programme », « capable d’apprendre à jouer ‘sans rien savoir du jeu de go’ ».

 

AlphaGo avait appris à jouer « en se basant notamment sur des millions d’exemples de parties jouées par des humains ». La nouvelle version, AlphaGo Zéro, « basée sur un réseau de neurones actifs », n’a eu à sa disposition que « les règles du jeu et la position des pierres noires et blanches sur le plateau ». Le programme a appris en jouant « des millions de parties contre lui-même. Avec des coups aléatoires dans un premier temps, avant d’affiner, jeu après jeu, sa stratégie ».

 

Après trois jours seulement d’entraînement – plusieurs mois pour le précédent -, le nouveau programme s’est largement imposé sur celui qui avait gagné la partie contre l’homme. Les chercheurs expliquent que « cette technique est plus puissante que les précédentes versions d’AlphaGo car elle n’est plus contrainte par les limites de la connaissance humaine. A la place, elle est capable d’apprendre à partir de zéro avec le meilleur joueur du monde : AlphaGo lui-même ».

 

Cependant, la méthode conçue par DeepMind ne peut pas s’appliquer à tous les problèmes auxquels se confronte l’intelligence artificielle. Elle est « bien loin de pouvoir se passer de données humaines dans un nombre de cas considérables ». En effet, « pour appliquer cette méthode, il faut que le cadre soit très défini, qu’on ait une représentation solide du domaine, pas trop de flou dans les règles, et que le problème soit bien défini ».

 

Elle pourrait trouver des applications dans différents domaines : « la réduction de consommation d’énergie, la conception de nouveaux matériaux ou encore le repliement des protéines ». Les résultats d’AlphaGo ont déjà permis à l’entreprise de travailler dans le domaine de la santé. Plusieurs partenariats, dont certains ont fait l’objet de critiques, ont été signés avec les hôpitaux londoniens.

 

<p>Le Monde, Morane Tual (18/10/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres