Alain Claeys : sédation, aide à mourir, euthanasie ?

Publié le : 5 octobre 2016

Interviewé par la Nouvelle République, Alain Claeys se dit « réjoui » par la publication des décrets d’application de sa loi sur la fin de vie. Il a participé avec Jean Léonetti à leur rédaction au cours de l’été (cf. Fin de vie : les « nouveaux droits des patients » précisés par décrets).

Pour le député, l’objectif est atteint : les nouveaux « droits des malades » sont entrés en vigueur, tirant un trait sur la loi de 2005 « considérée comme une loi pour les médecins ». Parmi ces nouveaux droits, « la sédation profonde et continue jusqu’à la mort », qu’Alain Claeys qualifie d’« aide à mourir pour les personnes dont le pronostic vital est engagé à court terme ». Il assume la formule d’« aide à mourir », et parle de « bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité » tout en réfutant le parallèle avec l’euthanasie.

Cette loi Claeys-Leonetti n’a pas vocation à être révisée : « Notre loi répond durablement aux questions qui se posent sur la fin de vie », estime Alain Claeys.

Note Gènéthique :

Source : La Nouvelle République, Baptiste Bize (5/10/2016)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres