Aide médicale à mourir : Québec se conforme à la loi fédérale

Publié le 18 Juil, 2016

Dans une lettre datée du 13 juillet et adressée aux dirigeants des établissements de santé du Québec, le sous-ministre Michel Fontaine modifie « discrètement » les conditions d’administration de l’« aide médicale à mourir ». Il explique que ces modifications étaient « nécessaires, pour éviter tout risque d’infraction du Code criminel » et « se conformer à la loi fédérale adoptée le 17 juin »[1] (cf. « Le meurtre a été légalisé au Canada »).

Parmi ces modifications, la principale concerne le délai d’administration de l’« aide médicale à mourir » : « dix jours francs, excluant le jour de la demande » devront s’écouler entre le moment de la demande et l’administration de l’ « aide médicale à mourir ». Toutefois « ce délai pourra être raccourci si les deux médecins qui ont traité la demande jugent que la mort de la personne ou la perte de sa capacité à fournir un consentement éclairé est imminente ».

Les demandes d’ « aide médicale à mourir » devront « dorénavant être faites devant trois personnes plutôt qu’une seule », soit deux témoins indépendants et un professionnel de santé. Enfin le médecin qui administre l’aide médicale à mourir et celui qui fournit le second avis « devront être indépendants », précise le courrier.

Ces mesures suscitent déjà de vives réactions. Le Parti québécois accuse le gouvernement d’agir en « catimini et d’abdiquer quant aux compétences provinciales pour légiférer sur la question ». Le ministre de la Santé Gaëtan Barrette n’exclut pas à l’avenir de changer la loi québécoise par le processus habituel, mais « seulement après la conclusion du recours contre la loi fédérale actuellement devant les tribunaux de Colombie Britannique » (cf. Au Canada, une première demande d’élargissement des critères pour l’aide médicale à mourir).

L’application de ces nouvelles mesures dépendra de l’attitude de la Commission des soins de fin de vie : « demandera-t-elle des précisions aux médecins qui exemptent leur patient du délai de dix jours ?» Sera-t-elle « flexible » ou « rigide » ?

 

 

[1] Actuellement, le patient québécois se trouve face à trois normes : la loi québécoise, le jugement Carter de la Cour suprême, et la loi fédérale C14.

Le Devoir, Amélie Daoust-Boisvert (18/07/2016); Le Devoir, Boris Proulx (19/07/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres