ABE : un « éditeur de base » qui vient compléter l’outil CRISPR

Publié le 25 Oct, 2017

Le professeur David Liu de Harvard et ses collègues décrivent dans la revue Nature leur dernière découverte : une « ‘machine moléculaire’ qui permet de réécrire le génome à la lettre près » et permettrait ainsi de traiter de nombreuses maladies génétiques : celles dues à une mutation ponctuelle dans l’ADN, par exemple certaines formes de cécité, de surdité et de maladies sanguines.

 

Baptisé « ABE » et décrit comme un « éditeur de base[1] », cette « chirurgie chimique de précision » vient compléter l’outil CRISPR Cas9 utilisé depuis quelques années : « Si CRISPR-Cas9 peut être considéré comme des ciseaux moléculaires, les éditeurs de bases sont des crayons », explique David Liu. Ainsi ABE ne vient pas remplacer CRISPR Cas9 : « Si pour certaines applications, les ciseaux sont le meilleur outil, pour d’autres, comme le fait de changer une seule base, le crayon est meilleur ». Il s’agit d’une « munition » de plus pour « l’artillerie de l’édition du génome », commente le docteur Helen O’Neill de l’University College London.

 

« En pratique, les chercheurs ont introduit dans les cellules les instructions, portées par du matériel génétique, afin qu’elles construisent elles-mêmes ce nouvel éditeur de base pour réparer leurs propres mutations, en l’occurrence pour convertir dans leur génome une paire de lettre A-T en G-C ». Ils ont testé ce système sur des cellules d’un malade atteint d’hémochromatose[2], ainsi que pour tester un traitement de pathologies sanguines comme la drépanocytose. « La technique est pour le moment limitée, on ne peut pas modifier ce que l’on veut, où l’on veut sur l’ADN. Mais il y a un fort potentiel », constate Jean-Louis Mandel, généticien et chercheur au CNRS. L’enzyme ABE est « à première vue beaucoup plus précis » que CRISPR pour corriger une mutation ponctuelle ; le taux de réussite est beaucoup plus important, et « les effets secondaires sont quasiment indétectables ». Toutefois « cette technique ne serait pas possible sans l’invention CRISPR Cas9 », qui lui permet de cibler la bonne partie de l’ADN.

 

« Une énorme quantité de travail est encore nécessaire avant que ces machines moléculaires puissent être utilisées pour traiter des patients ». Il faut notamment « trouver un moyen de transport pour emmener l’enzyme jusqu’à l’intérieur de la cellule » d’un organisme vivant.

 

 

Note Gènéthique : Récemment, une équipe de chercheurs chinois s’est servie d’un tel « éditeur de base » pour modifier le code génétique d’embryons humains : Des embryons humains clonés subissent une « chirurgie de l’ADN ».

 

[1] L’ADN, support de notre patrimoine génétique est codé par un enchaînement de bases nucléotides : l’adénine (A) qui se couple à la thymine (T), et la guanine (G) qui se couple à la cytosine (C).

[2] Une surcharge en fer héréditaire.

 

AFP (25/10/2017); Huffington post (25/10/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres