A propos de la mission d’évaluation de la loi sur la fin de vie

Publié le 24 Nov, 2008

Le quotidien Le Monde revient sur la question de la fin de vie et de l’euthanasie, à quelques jours de la remise des conclusions de la mission d’évaluation sur ce sujet. L’hypothèse de l’instauration d’une "exception d’euthanasie" semble pour l’instant écartée, les pouvoirs publics ne souhaitant pas aller au delà des dispositions de la loi du 22 avril 2005.

Cette loi de 2005, adoptée après l’affaire Vincent Humbert, ce jeune homme tétraplégique qui réclamait de mourir, encadre les conditions de fin de vie : elle proscrit l’acharnement thérapeutique, autorise le "laisser mourir" quand les patients refusent les traitements et les soins et permet aux médecins de soulager la douleur au risque d’entraîner la mort.

L‘affaire Chantal Sébire* aurait cependant souligné la limite de la loi en ne répondant pas au cas des patients incurables, conscients mais non en fin de vie et qui veulent mourir. Elle aurait surtout mis en lumière la mauvaise connaissance, voire l’ignorance de la loi par le personnel de santé. Le "laisser mourir" aurait entraîné des dérives, à la limite de la maltraitance.

Pendant 6 mois, la mission a entendu près de 60 spécialistes des questions éthiques et praticiens de la fin de vie.

Pour Jean Leonetti, rapporteur de cette mission, "la société n’a pas à assumer ce geste" [suicide assisté]. "Chantal Sébire s’est suicidée, c’était son choix personnel, mais la société n’avait pas à l’ériger en loi." La mission devrait clarifier le cadre juridique de l’aide au suicide. L’assistance d’une tierce personne dans le cadre d’un suicide pourrait ne pas être pénalement condamnée.

La mission devrait aussi préconiser un meilleurs recours à la "sédation terminale", qui permet d’"endormir" le patient, en évitant l’agonie. Elle devrait aussi soutenir le droit à un congé d’accompagnement en fin de vie pour les proches des mourants et la création d’un observatoire des pratiques de la fin de vie.

Par ailleurs, l’Association pour "le droit" de mourir dans la "dignité" (ADMD) souhaite continuer à lutter "pour la légalisation d’une aide active à mourir". Pour le président de l’ADMD, Jean-Luc Romero, "nous ne sommes plus perçus comme des pourvoyeurs de mort, mais comme des promoteurs d’une nouvelle liberté : nos concitoyens demandent toutes les possibilités pour leur fin de vie".

*Agée de 52 ans et atteinte d’une tumeur incurable, Chantal Sébire avait demandé à la justice, mercredi 12 mars, la possibilité de "bénéficier d’un suicide médicalement assisté" (cf. Synthèse de presse du 13/03/08). Sa demande avait été refusée par le tribunal de grande instance de Dijon le 17 mars (cf. Synthèse de presse du 18/03/08). 2 jours plus tard, elle était retrouvée morte à son domicile, après avoir absorbé un barbiturique (cf. Synthèse de presse du 20/03/08).

Le Monde (Cécile Prieur) 24/11/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres