Vers une technique pour assurer l’efficacité des thérapies géniques à long terme ?

Publié le 7 Oct, 2018

Des chercheurs de Généthon, le laboratoire de l’AFM-Téléthon, et de l’Inserm, en collaboration avec la biotech américaine Selecta Biosciences, ont publié dans la revue Nature communications une étude démontrant « la possibilité de réadministrer une thérapie génique par vecteur AAV sans réponse immunitaire » ; ils ont pour cela administré à des modèles animaux, parallèlement à la thérapie génique, des nanoparticules de rapamycine, un immunosuppresseur.

 

La thérapie génique « consiste à injecter un gène-médicament dans un organisme grâce un vecteur, un « moyen de transport » capable de franchir toutes les barrières biologiques de la cellule jusqu’au noyau ». Les vecteur AAV font partie des vecteurs les plus utilisés : dérivés de virus, ils ont souvent posé problème car ils peuvent induire une réaction immunitaire du patient, ce qui rend impossible la « réadministration » de la thérapie génique qui permettrait d’ « assurer l’efficacité du traitement sur le long terme ».

Pour rendre les patients « tolérants » à une seconde injection de thérapie génique par vecteur AAV, les chercheurs ont injecté simultanément des nanoparticules de rapamycine. Chez l’animal, cette technique a permis d’« inhiber les réactions immunitaires de l’organisme ». Si l’efficacité de cette technique est confirmée chez l’homme, « elle permettrait de traiter les malades dès les premiers signes de la maladie et de réinjecter un médicament de thérapie génique si l’effet thérapeutique devait s’atténuer avec le temps ».

Inserm (8/10/2018)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres