Vers une autorisation des analyses génétiques sur personnes décédées ?

Publié le 24 Avr, 2018

Déposée par le sénateur Alain Milon le 5 février dernier, une proposition de loi visant à autoriser les analyses génétiques sur personnes décédées « pourrait être examinée en séance publique le 6 juin prochain »[1].

 

Selon le Sénateur, il s’agit de mettre en adéquation les progrès scientifiques en matière d’analyse de « la transmission des caractères héréditaires prédisposant à la survenue de pathologies, notamment de cancers » avec la réglementation.

 

Pour « préconiser la solution la plus adaptée : surveillance et/ou prévention », il estime « nécessaire de remonter l’histoire familiale de cancers afin de conseiller les apparentés vivants, ce qui nécessite le recours à des analyses sur des personnes décédées afin d’obtenir des informations pouvant être utiles à la famille ».

 

Aujourd’hui, la loi « prévoir le consentement du patient », qui est, dans le cas d’une personne décédée, impossible à obtenir. Le sénateur estime que, la levée de cette clause permettrait de protéger « ses descendants grâce à un dépistage précoce ».

 

S’il nie vouloir remettre en cause la « dignité de la personne humaine » ou « attenter au respect de la vie privée », c’est bien à cette remise en cause qu’une telle proposition risque de conduire. Le corps d’une personne décédée n’est pas un gisement d’exploitation.

 

Faudra-t-il ajouter à ses souhaits de fin de vie que le corps défunt soit préservé de toutes manipulations inadaptées ?

 

Pour aller plus loin :

 

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres