Vers un remboursement de la PMA à 100 % ?

Publié le 1 Juil, 2019

Le gouvernement a annoncé, dans le cadre du projet de loi de bioéthique, le « remboursement à 100% de la Procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes seules ». Or la prise en charge à 100% dans le système de protection sociale français concerne principalement les médicaments reconnus « irremplaçables et particulièrement coûteux » et les affections dites « de longue durée ». C’est donc « sans aucune justification », qu’il pourrait être ajouté dans le code de la santé publique, à la liste des « soins » pris en charge à 100%, « le diagnostic et le traitement de la stérilité, ce qui inclut quatre tentatives de FIV ou six inséminations artificielles par projet d’enfant jusqu’au 43e anniversaire de la femme ». Pourtant l’infertilité « n’engage pas l’état de santé ou l’espérance de vie ». Le principal critère de hiérarchisation des besoins de santé dans le cadre de la prise en charge, qui est « la gravité de la maladie et ses conséquences en termes de dégradation de l’état de santé ou d’espérance de vie », est ainsi « tout simplement mis de côté ». Le critère d’efficience (efficacité) « est lui aussi écarté » si l’on tient compte « du coût élevé des FIV et de leur faible taux d’efficacité qui varie de 10 à 20% selon la technique utilisée et le profil de la patiente ».

 

De plus, un tel remboursement apparaît incompréhensible à l’heure du « déficit chronique de l’assurance-maladie », de la « baisse continue de la prise en charge » de nombreuses maladies. En effet, « des listes entières de médicaments sont retirées de la prise en charge » tels que les médicaments contre la maladie d’Alzheimer (Arrêté du 31 mai 2018). Une prise en charge à 100%, sans « aucun ticket modérateur » à la charge du patient, semble « injuste autant qu’injustifiée », quand certaines maladies, telles que l’hypertension, « sont retirées de la liste des ALD (Affections de longue durée) pour mettre fin à leur prise en charge à 100% ».

 

La prise en charge de la « PMA non thérapeutique » aggraverait « le déséquilibre existant au détriment des malades », car « les femmes concernées ne souffrent d’aucune maladie ». De plus, l’abandon du critère thérapeutique ouvre la porte à la PMA pour « tout le monde », y compris « le troisième âge et les défunt, mais surtout les couples homme/femme fertiles ».

 

Le projet de financement de la PMA se fera ainsi « au détriment des malades, entraînant le déremboursement d’autres catégories de soins et suscitant de nouvelles inégalités ».

Aleteia, Aude Mirkovic (28/06/19) – Le remboursement de la PMA, une injustice faite aux malades

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres