Vers un meilleur diagnostic des pathologies cardiaques in utero ?

Publié le : 6 octobre 2020

Des chercheurs britanniques du King’s College de Londres ont mis au point une méthode d’imagerie 4D, afin de détecter les maladies cardiaques congénitales in utero. Une série d’images en trois dimensions est prise par IRM. Elle permet « aux cardiologues de voir le cœur se contracter et battre » grâce à la mise en œuvre de techniques mathématiques « de correction du mouvement ». Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Communications.

Cette méthode, « standard » pour l’imagerie adulte, n’était pas possible jusqu’à présent pour le cœur du fœtus « en raison du mouvement spontané du bébé et de la vitesse rapide de son cœur ». Grâce à elle, les scientifiques pensent pouvoir mesurer « le bon fonctionnement du cœur », quand les techniques actuelles se cantonnaient à déterminer si le cœur est bien formé.

« Si une maladie cardiaque est détectée avant la naissance, les médecins peuvent préparer des soins appropriés immédiatement à la naissance, ce qui peut parfois sauver la vie, explique le Dr Tom Roberts qui a collaboré à ces travaux. Cela permet également aux parents de se préparer à l’avance. » Ces recherches doivent améliorer le diagnostic ou permettre « de rechercher les maladies cardiaques congénitales à un moment plus précoce de la grossesse ».

 

Source : Medical Xpress, King’s College London (05/10/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres