Vers l’intégration du DPNI dans la politique actuelle de dépistage de la trisomie 21 ?

Publié le 5 Jan, 2016

Suite à la publication par la HAS du premier volet de son rapport sur le DPNI[1], le mensuel Gynécologie Pratique publie une analyse de F. Muller, S. Dreux, I. Czerkiewicz, C. Nguyen et B. Allaf du laboratoire de Biochimie-Hormonologie de l’Hôpital Robert Debré.

 

Le DPNI remplacera-t-il le dépistage combiné du 1er trimestre ? L’analyse des performances des tests de DPNI « justifient » du moins de mettre à jour les modalités de dépistage de la trisomie 21, selon la HAS. Ce dépistage, « très encadré et très réglementé », repose actuellement sur la mesure de la clarté nucale et le dosage de marqueurs sériques, réunis sous le nom de « dépistage combiné du 1er trimestre »[2]. Le dépistage combiné « permet de dépister 85% des cas de trisomie 21, mais au prix de 5% de gestes invasifs[3] ».

 

Le DPNI « présente indiscutablement des performances bien supérieures à toutes les autres méthodes de dépistage », affirment les auteurs, car il « permet d’éviter les amniocentèses inutiles et présente une excellente sensibilité et spécificité ». Cependant, « les performances de ce dépistage dans la population générale sont encore mal évaluées », et le DPNI reste limité par les faux positifs et un taux d’échec « qui peut atteindre 10% ». Avant d’intégrer le DPNI dans la politique de dépistage française, deux autres points seraient par ailleurs à prendre en compte : le coût de l’examen (350à 600€), et « le très petit nombre de laboratoire français en mesure de le réaliser »[4]. En outre, les auteurs soulignent qu’il faut aussi penser à « l’aspect organisationnel avec les effets potentiellement délétères liés à la suppression d’examens réalisés depuis de nombreuses années par de nombreux professionnels et pour un grand nombre de patientes ».

 

Note Gènéthique :

Quid de la question de fond du DPNI ?

 

 

[1] Le DPNI est un test de détection de la trisomie 21, basé sur l’analyse de l’ADN fœtal circulant dans le sang maternel.

[2] Le dépistage de la trisomie 21 est proposé à toutes les femmes enceintes, et il est pris en charge financièrement par l’Assurance Maladie.

[3] Amniocentèse et choriocentèse.

[4] « Actuellement, seuls deux laboratoires le font, le laboratoire CERBA et le laboratoire de cytogénétique de Necker Enfants Malades ».

 

Gynécologie Pratique (Décembre 2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres