USA : IVG et contraception au cœur du débat

Publié le : 24 janvier 2012

Le 22 janvier 2012, à l’occasion du 39ème anniversaire de l’arrêt de la Cour suprême reconnaissant le droit constitutionnel de l’avortement, Barack Obama a manifesté "son attachement au droit des américaines de "choisir" d’avorter". Enjeu des prochaines élections du 6 novembre 2012, le sujet fait aujourd’hui polémique aux Etats-Unis : si l’actuel président dit vouloir "protéger" ce qu’il estime être un "droit constitutionnel essentiel", la majorité des candidats du camp républicain s’oppose à l’IVG.
Depuis le 20 janvier 2012, la contraception est également au cœur du débat. L’administration Obama a en effet récemment "exigé que la stérilisation, la pilule abortive et la contraception soient inclues" dans les plans santé, ce à quoi la conférence des évêques catholiques américains a réagi. Le Cardinal Timoty Michael Dolan, archevêque de New-York et président de la conférence, s’est indigné : "Obliger les citoyens américains à choisir entre violer leur conscience et oublier leur assurance-santé est absolument déraisonnable".
Selon la décision du gouvernement à propos des couvertures santé, les employeurs qui ne fournissent pas de couverture pour la contraception auront jusqu’au 1er août 2013 pour se conformer aux nouvelles règles qui exigent que toute femme ait "accès à tous les services approuvés par l’Institut de Médecine, dont toutes les formes de contraception".

La veille de ces évènements, le 19 janvier, le Pape Benoît XVI s’était adressé aux évêques américains, manifestant son inquiétude face à un sécularisme radical croissant aux USA. Il les a appelé à développer un laïcat catholique "engagé, articulé et bien formé" pour lutter contre la promotion "des notions de liberté détachées de la vérité morale", et encourager le "respect de la vie", la "protection de la dignité humaine et la promotion des droits authentiques". Le Souverain Pontife a aussi exprimé son regret de voir refuser aux catholiques et à leurs institutions leur droit à "l’objection de conscience face à des pratiques intrinsèquement mauvaises".

Le 23 janvier à Washington, plusieurs associations ont manifesté devant la Cour suprême. Si une soixantaine de personnes réaffirmait son attachement à la législation en vigueur, plusieurs milliers d’autres, venues de tous les Etats-Unis pour une "March for Life", réclamaient au contraire que l’on supprime "ce legs insoutenable de l’avenir de l’Amérique". Selon John Boehner, président de la Chambre des représentants américaine, qui a prononcé un discours à l’occasion, une "majorité d’élus se prononcent en faveur de la vie". Il a également précisé vouloir tenir compte "de la voix du peuple qui dans sa grande majorité, refuse que le contribuable paye pour l’avortement".
Actuellement aux USA, l’avortement est autorisé jusqu’à trois mois de grossesse, date à partir duquel il est règlementé, et interdit à partir du moment où le fœtus est estimé viable.

Zenit.org (Anita Bourdin) 19/01/12, 20/01/12 et 23/01/12 - Boton.com 23/01/12 - Elle.fr - Libération.fr - Romandie News 19/01/12 - AFP 19/01/12, 20/01/12 et 22/01/12 - Foxnews.com (Shannon Bream) 23/01/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres