Une thérapie génique alternative au CRISPR-Cas 9 ?

Publié le 26 Oct, 2016

Publiée mercredi 26 octobre dans la revue Nature Communication, une étude présente une « thérapie génique guidée par l’ANP[1] » qui pourrait être une alternative au CRISPR-Cas9.

 

Menée par les chercheurs des universités de Carnégie Mellin (Pittsnurgh, Pensylvannie) et Yale (New Haeven, Connecticut), l’étude décrit « la première utilisation d’une nanoparticule et d’une séquence d’acide nucléique peptidique (ANP), dans le traitement de la drépanocytose et de la thalassémie chez des souris, en éditant l’ADN de cellules souches hématopoïétiques chez ces animaux ».

 

La séquence des ANP est conçue « pour se fixer à proximité de la mutation et y favoriser la translocation de la séquence d’ADN de la souris donneuse à la place de celle de la souris malade ». Pour fixer les ANP et l’ADN d’un donneur sur une nanoparticule, ils utilisent un système déjà approuvé par la FDA[2].

 

Les chercheurs ont observé une « réversion durable de la maladie, causée par une correction du gène dans 7% des cellules souches hématopoïétiques des animaux ».

 

[1] L’acide nucléique peptidique (ANP), ou Peptide Nucleic Acid (PNA) en anglais, est une molécule aux bases similaires à l’ADN ou à l”ARN mais qui se différencie par son squelette (backbone en anglais). Les PNA sont synthétisés artificiellement et utilisés dans la recherche médicale et dans certaines thérapies.

[2] Food and Drug Administration.

Le Quotidien du médecin (Damien Coulomb) 27/10/2016

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres