Une prothèse bionique du bras, contrôlée par la pensée

Publié le : 24 février 2020

Amputée des deux jambes et du bras droit à la suite d’un accident il y a 14 ans, une française porte depuis six mois un bras bionique, contrôlé par la pensée.

 

Les nerfs du bras qui avaient été sectionnés ont été greffés sur les muscles restants. Lorsque la jeune femme pense à un mouvement, l’information parcourt le nerf et le nerf fait contracter le muscle. Plus précisément, explique Dr De Keating-Hart, l’orthopédiste qui l’a opérée : «  lorsqu’il y a une contraction musculaire, il y a une petite électrode qui est posée sur les muscles de Priscille. Et lorsqu’elle active, qu’elle pense à un mouvement, le muscle se contracte, envoie l’information aux petits capteurs de la prothèse et qui envoie un signal électrique dans les microprocesseurs de la prothèse pour permettre l’ouverture et la fermeture des doigts, du coude et de l’avant-bras ».

 

L’adaptation à cette prothèse s’est faite progressivement et la jeune femme continue à apprendre à la diriger par la pensée. Elle espère que ce protocole de « rééducation » qui devrait durer deux ans lui permettra de « faire des bonds en avant dans [son] autonomie ».

 

Pour aller plus loin :

 

Une neuroprothèse permet à Bill Kochevar, tétraplégique, de commander son bras par la pensée

 

La greffe de mains sera-t-elle supplantée par les prothèses bioniques ?

 

Première ébauche d’une prothèse cérébrale pour « raviver des souvenirs » ?

 

Les prothèses médicales ne font pas du patient un homme augmenté

 

<p><span style="margin: 0px;font-size: 9pt">RTBF, JB et HM (23.02.2020)</span></p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres