Une protéine au secours de la thérapie génique

Publié le : 27 novembre 2002

Jusqu’alors pour insérer un gène thérapeutique au niveau de l’ADN, la thérapie génique avait recours à des virus. Malencontreusement, le gène thérapeutique introduit pouvait également activer un gène voisin. Si celui-ci était de type  oncogène (impliqué dans l’apparition d’une tumeur cancéreuse) , il risquait alors de déclencher un cancer. C’est ce qui s’est produit en octobre dernier dans le service du Pr Alain Fischer où un bébé bulle soigné par thérapie génique avait développé une forme rare de cancer du sang (cf revue de presse du 07/10/02)

Or une  équipe américaine aurait développé un nouveau mode de thérapie génique  basé sur l’emploi d’une protéine et non d’un virus, ce qui réduirait les risques de cancer inhérents à ce type de traitement. L’expérience n’a été tentée que sur des souris. Pour le Pr Alain Fischer, « la méthode semble intéressante, mais elle a des limites potentielles ».

<p>Science et Vie 27/11/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres