Une PMA « directement », sans essayer d’avoir un enfant « naturellement »

Publié le 19 Avr, 2024

Aux Etats-Unis, plus de 2% de tous les enfants ont été conçus à l’aide de techniques de procréation médicalement assistée (PMA). Selon le National Committee for Monitoring Assisted Reproductive Technologies, plus de 12 millions d’enfants sont nés à travers le monde suite à une fécondation in vitro (FIV), la technique de PMA « la plus courante » depuis 1978 [1]. Mais alors que ces techniques ont été développées avec le but affiché de permettre à des couples infertiles de devenir parents, désormais certains y ont recours directement, sans même essayer d’avoir un enfant « naturellement ».

Quand le temps semble manquer…

Le Dr Alan Copperman, directeur général du centre de fertilité RMA à New York, constate que « de plus en plus de couples, bien conscients des difficultés à concevoir et à porter à terme un bébé en bonne santé, renoncent aux rapports sexuels et passent directement à la fécondation in vitro ».

Ces couples sont généralement aisés – la FIV coûte cher [2], et âgés de 30 à 40 ans. A 35 ans, les chances de concevoir un enfant sont de 15% chaque mois selon le Collège américain des obstétriciens et gynécologues. Un chiffre qui tombe à 5% à 40 ans. Certains couples évoquent des questions de « logistique ». « J’ai eu de nombreux patients qui travaillent dans le conseil ou qui ont une entreprise, et qui voyagent beaucoup pour leur travail », explique le Dr Denis Vaughan, endocrinologue de la reproduction au Boston I.V.F. « Ils peuvent me dire qu’ils essaient depuis six mois, mais ils n’ont vraiment été ensemble au bon moment que pendant deux ou trois mois. »

Pourtant la FIV est loin d’être une garantie. Selon les Centers for Disease Control and Prevention, les femmes de moins de 35 ans ont près de 50% de chances de donner naissance à un enfant vivant après un cycle de FIV. Pour celles ayant dépassé les 40 ans et qui utilisent leurs propres gamètes, ce taux est de 7%.

… ou que des « objectifs » sont fixés

Certains couples recourent à la fécondation pour dépister des « mutations génétiques nocives » et ne pas donner naissance à un enfant qui en serait porteur. Comme Sarafina El-Badry Nance, une astrophysicienne de 30 ans à Berkeley, porteuse d’une mutation du gène BRCA qui augmente le risque pour une femme de développer un cancer du sein ou de l’ovaire (cf. Cancer du sein : des tests génétiques alarmistes ?). Elle a décidé de recourir à une technique de procréation qui aurait empêché sa propre naissance. Les embryons sont déjà congelés, prêts à être implantés « dans les prochaines années », lorsqu’elle et son mari « seront prêts à avoir un enfant ».

D’autres veulent choisir le sexe de leur progéniture. Faith Hartley, 35 ans, et son mari, Neil Robertson, 49 ans, ont conçu leur premier enfant « rapidement », en juillet 2019. Mais pour leur deuxième enfant, ils ont voulu recourir à la FIV « afin de pouvoir garantir le sexe ». « Nous voulions vraiment avoir une deuxième fille », explique Faith. Il s’agit toutefois de « la chose la plus difficile qu’elle ait jamais faite, physiquement parlant ».

Dès lors des entreprises investissent le marché pour proposer des tests, toujours plus larges, toujours moins en lien avec des questions de santé. Ainsi, la société BillionToOne a récemment lancé BabyPeek [3], un test prénatal non invasif qui permet de connaître « les caractéristiques non médicales » des bébés à naître. Pour 99 dollars, BabyPeek promet aux futurs parents de découvrir par exemple la « couleur probable » des yeux et des cheveux de leur futur enfant « dès la dixième semaine de grossesse ». Un test qui contribue à l’« orientation des décisions tout au long de la grossesse », selon l’entreprise.

« Demain, les enfants seront conçus au laboratoire et le sexe sera réservé au plaisir », prédisait le biologiste Jacques Testart en 2017 (cf. Jacques Testart : « Demain, les enfants seront conçus au laboratoire et le sexe sera réservé au plaisir »). Demain, c’est désormais aujourd’hui.

 

[1] The New York Times, Choosing to skip sex and go straight to IVF, Alyson Krueger (24/03/2024)

[2] Aux Etats-Unis, « la plupart des régimes d’assurance ne couvrent pas la FIV tant qu’un couple hétérosexuel n’a pas essayé de concevoir naturellement pendant au moins un an si la femme a moins de 35 ans, et pendant six mois si elle a plus de 35 ans ».

[3] FemTech Insider, BillionToOne Launches Prenatal Genetics Test BabyPeek that Predicts Non-medical Traits (27/03/2024)

Cet article de la rédaction de Gènéthique a été initialement publié par Aleteia sous le titre : Ces enfants conçus directement en laboratoire.

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

neurons-582050_640

Des organoïdes de cerveau plus réalistes

Des chercheurs ont fabriqué des organoïdes composés de quatre types différents de cellules cérébrales quand d'autres sont parvenus à reproduire ...
pixabay_-_senat
/ Genre

Genre : la commission du Sénat adopte une proposition de loi largement remaniée

Le 22 mai, la proposition de loi visant à encadrer les transitions de genre chez les mineurs a été largement ...
Jersey : un pas de plus vers l'« aide à mourir »
/ Fin de vie

Jersey : un pas de plus vers l’« aide à mourir »

Mercredi, les responsables politiques de Jersey ont voté en faveur d'un projet visant à autoriser l'« aide à mourir » ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres