Cancer du sein : des tests génétiques alarmistes ?

Publié le 18 Sep, 2023

Une analyse [1] publiée dans la revue eClinical Medicine met en garde contre les tests génétiques utilisés en dehors d’un cadre clinique, qui pourraient pousser les femmes à subir une mastectomie inutilement. Ces tests peuvent leur indiquer qu’elles sont porteuses d’un variant pathogène des gènes BRCA1 ou BRCA2 et que leur risque d’être atteinte d’un cancer du sein est compris entre 60 et 80%. Pourtant, la nouvelle recherche menée par l’université d’Exeter, a précisé que ce risque pourrait être en réalité inférieur à 20% si la personne n’a pas d’antécédents familiaux.

Une évaluation sur la population générale

Pour arriver à ce constat, les auteurs ont analysé des échantillons ADN de plus de 454.000 femmes âgées de 40 à 69 ans dans le cadre de l’étude Biobank. Auparavant la probabilité que certaines variantes du gène BRCA provoquent un cancer du sein était calculée sur la base d’un groupe de femmes présentant des symptômes ou ayant des antécédents familiaux de la maladie. Aujourd’hui l’utilisation de kits de test ADN à domicile étant plus fréquente, la nouvelle recherche a permis d’établir le risque réel de ces variantes BRCA dans la population générale.

Selon l’analyse publiée récemment, le risque de cancer du sein est de 18% pour les personnes porteuses du gène BRCA2 et 23% pour le gène BRCA1, à l’âge de 60 ans. En cas d’antécédents familiaux ce risque augmente de 24% pour le gène BRCA2 et 45% pour BRCA1.

Prendre en compte les antécédents familiaux

Le Dr Leigh Jackson, de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter et auteur principal de l’étude, recommande « vivement à toute personne communiquant sur le risque de cancer de le faire sur la base d’une histoire familiale détaillée, et pas seulement sur la base génétique ». En effet, « le fait d’apprendre que vous présentez un risque génétique élevé de maladie peut réellement influencer les niveaux de peur d’une condition particulière et les mesures que vous pouvez prendre en conséquence » précise-t-il.

Des résultats similaires ont été observés lors de l’examen du risque génétique du syndrome de Lynch, une maladie qui augmente le risque de cancer du côlon et d’autres cancers. Le dépistage génétique pourrait exposer un grand nombre de personnes à des scanners inutiles ou à des procédures supplémentaires.

« Jusqu’à présent, toutes les estimations du risque de maladies génétiques ont été largement basées sur des groupes à risque relativement élevé qui fréquentent des cliniques spécialisées, de sorte qu’elles ne s’appliqueront pas nécessairement à la population générale » conclut le professeur Caroline Wright, membre de la faculté de médecine de l’université d’Exeter et co-auteur de l’étude.

 

[1] Influence of family history on penetrance of hereditary cancers in a population setting, eClinicalMedicine (2023). dx.doi.org/10.1016/j.eclinm.2023.102159

Sources : Medical Xpress (14/09/2023) ; The Guardian, Hannah Devlin (15/09/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Passeport
/ PMA-GPA

GPA : La Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à Leticia, une petite fille ...
pologne
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...
Don d’organes : la définition de la mort remise en question ?
/ Don d'organes

Don d’organes : la définition de la mort remise en question ?

Une procédure de prélèvement d’organes, la perfusion régionale normothermique, a engendré un débat éthique sur la définition de la mort ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres