Une meilleure efficacité de la reprogrammation des cellules iPS

Publié le 14 Oct, 2008

Une étude parue dans la revue Nature Biotechnology fait état de nouveaux progrès dans la reprogrammation de cellules différenciées en cellules pluripotentes (cellules iPS).  Une équipe du Harvard Stem Cell Institute a montré que l’on pouvait reprogrammer des cellules avec seulement deux gènes chez l’homme et non plus quatre, à condition d’ajouter une molécule chimique, l’acide valproïque. Or, les deux facteurs que l’on supprime sont ceux qui sont les plus gênants car ce sont des oncogènes, c’est à dire capables d’induire des cancers.

L’utilisation de l’acide valproïque permet aussi d’augmenter l’efficacité de la reprogrammation par un facteur 10 ou 20. Douglas A. Milton et ses collègues sont parvenus à augmenter encore la reprogrammation en introduisant plusieurs modifications dans le protocole originel (facteur d’amélioration de  200, voire 1000).

Lire en ligne l’étude parue dans Nature Biotechnology

Génétique

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres