CRISPRa, une variante de CRISPR pour produire des cellules iPS

Publié le 24 Jan, 2022

A l’université d’Helsinki, des chercheurs ont mis au point une nouvelle technique pour reprogrammer des cellules humaines adultes en cellules souches pluripotentes, de façon « plus rapide et plus fiable ».

Il y a quelques années, cette même équipe avait fait appel à CRISPRa, pour convertir des cellules de peau en cellules souches pluripotentes (cf. Transformer des cellules de peau en cellules souches IPS grâce à CRISPR ?). CRISPRa, une variante de CRISPR Cas9, agit sans provoquer de mutation dans le génome, c’est un « activateur » de gènes. Ils ont désormais optimisé leur méthode et publient dans Stem cell reports leurs résultats [1].

La méthode de reprogrammation conventionnelle, qui a valu le prix Nobel au Professeur Yamanaka, consiste pour sa part à introduire des copies de quatre gènes dans les cellules adultes. Ces quatre gènes, une fois qu’ils s’expriment, provoquent la reprogrammation de la cellule (cf. Le prix Nobel de Médecine 2012 récompense des travaux sur les cellules souches).

Aujourd’hui, les chercheurs estiment qu’avec CRISPRa, la reprogrammation cellulaire peut être contrôlée « à un niveau bien plus élevé qu’auparavant ». En outre, elle est accélérée : « La technique CRISPRa optimisée accélère le processus de reprogrammation cellulaire et améliore nettement la précision et la fiabilité de la reprogrammation », résume Ras Trokovic, coauteur de l’étude. Et le taux de reprogrammation est bon, réduisant l’hétérogénéité des cellules obtenues : « presque toutes les cellules reprogrammées étaient des cellules iPS de haute qualité », complète-t-il.

[1] Joonas Sokka et al., CRISPR activation enables high-fidelity reprogramming into human pluripotent stem cells, Stem Cell Reports (2022). DOI : 10.1016/j.stemcr.2021.12.017

Source : Phys.org (21/01/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres