Un tribunal britannique autorise l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation d’un patient qui n’est pas en phase terminale

Publié le 8 Juin, 2020

Au Royaume-Uni, un patient âgé de 34 ans, « souffrant d’un problème intestinal grave mais traitable », « va être maintenu dans un coma artificiel et privé de toute nourriture jusqu’à ce qu’il meure par déshydratation ». Ce patient présentant « des antécédents de dépression grave, de maladie mentale et de problèmes intestinaux chroniques », « s’est fait implanter une stomie[1] temporaire alors que les médecins tentaient de surmonter ses problèmes intestinaux ». Cependant, malgré une tentative de chirurgie corrective, « les médecins ont conclu que la stomie devrait être permanente ».

 

Le patient ayant « exprimé à plusieurs reprises sa grande horreur face à cette perspective, craignant qu’il ne puisse pas trouver un emploi ou une compagne », a été maintenu inconscient à l’issue de l’opération. Ses parents sont « convaincus, compte tenu de ses directives préalables et de leurs nombreuses conversations, qu’il préfère à présent être mort plutôt que vivant ».

 

L’hôpital a alors fait appel au tribunal « pour voir si – et comment – les médecins pouvaient faire en sorte que cela se produise légalement ». Et le tribunal a approuvé une procédure de décès « comme étant dans le “meilleur intérêt” du patient ». Une décision « prise dans son “intérêt” parce qu’il est incapable de s’exprimer », alors que le patient « est frappé d’incapacité uniquement parce que les médecins utilisent des médicaments pour le maintenir dans un coma artificiel » et qu’il n’est pas en phase terminale. Et bien que ni « l’euthanasie [ni] le suicide assisté ne so[ient] légaux au Royaume-Uni ».

 

 

Pour aller plus loin :

Directives anticipées, un risque à prendre ?

Xavier Ducrocq : « Faire mourir Vincent Lambert, c’est enterrer Hippocrate »

 


[1] Une stomie est un abouchement l’un à l’autre de deux organes creux (par exemple l’estomac et l’intestin grêle) ou d’un organe creux (côlon, uretère) à la peau.

National Review, Wesley J. Smith (06/06/2020)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...
Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine
/ PMA-GPA

Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine

Selon une étude, une régulation défectueuse du génome lors de la spermatogénèse pourrait être une cause potentielle d’infertilité masculine ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres