Un « nez électronique » permettrait de détecter le rejet d’une greffe pulmonaire

Publié le 21 Sep, 2021

Un travail préliminaire a été présenté, lors du dernier congrès de la société européenne de pneumologie. Il a pour but de diagnostiquer au plus tôt, le risque de rejet d’une greffe pulmonaire.

En effet, cinq ans après la transplantation, le risque de rejet concerne environ 50% des receveurs. Nynke Wijbenga, doctorante au centre médical universitaire Erasmus à Rotterdam aux Pays-Bas, a analysé « l’air expiré par une centaine de patients transplantés ». Certains d’entre eux sont stables, d’autres présentent un risque avéré de rejet. Elle a utilisé « le nez électronique Spironose », développé par la société Breathomix, pour effectuer ses mesures. Les capteurs de ce nez électronique sont capables de détecter « les composés organiques volatils » (COV) présents dans l’air expiré.

Une empreinte respiratoire particulière permettrait d’identifier « les patients en cours de rejet du greffon ». Un taux de détection de 86% qui faciliterait le diagnostic, alors que celui-ci se fait actuellement sur plusieurs mois. Ce travail préliminaire doit bien entendu se poursuivre, avant toute utilisation clinique.

Source : Sciences et Avenir, Sylvie Riou-Milliot (14/09/2021) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres