Un embryon de souris avec un cœur qui bat fabriqué à partir de cellules souches

Publié le 5 Juil, 2021

Des chercheurs de l’Université de Virginie aux Etats-Unis sont parvenus à développer un embryon de souris à partir de cellules souches. L’embryon obtenu a un « cœur qui bat », et « ses muscles, ses vaisseaux sanguins, son intestin et son système nerveux commencent à se développer ». Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature communications[1].

« Nous avons trouvé un moyen d’ordonner à des agrégats de cellules souches d’initier le développement embryonnaire », explique Christine Thisse, chercheur au département de biologie cellulaire de l’Université de Virginie. « En réponse à cette instruction contrôlée, les agrégats se développent en entités semblables à des embryons dans un processus qui récapitule les étapes embryonnaires une par une », précise-t-elle. Et « ce qui est étonnant, c’est que nous pouvons obtenir la variété de tissus qui sont présents dans un authentique embryon de souris ».

Un modèle très « sophistiqué »

Ainsi, les « structures sont organisées comme elles le devraient, autour de la notocorde (précurseur de la colonne vertébrale), un trait caractéristique des vertébrés ». Ce qui en fait « le modèle in vitro le plus sophistiqué de mammifère jamais créé » selon les chercheurs. Même s’il ne s’agit « pas encore » d’une souris « complète », des parties « essentielles » manquant encore, comme la partie antérieure du cerveau. A ce jour, les embryons de souris stoppent leur développement « à un moment correspondant à la période de gestation moyenne d’un embryon de souris ».

« Avoir toute la variété de tissus fabriqués nous permet d’espérer que la communauté scientifique sera capable de construire des organes avec une bonne vascularisation, l’innervation et les interactions avec d’autres tissus », estime Christine Thisse. Cette recherche vise à « comprendre le développement des mammifères, à lutter contre les maladies, à créer de nouveaux médicaments et, à terme, à faire pousser des tissus et des organes pour les personnes ayant besoin de greffes ».

 

[1] Peng-Fei Xu et al, Construction of a mammalian embryo model from stem cells organized by a morphogen signalling centre, Nature Communications (2021). DOI: 10.1038/s41467-021-23653-4

Source : Medical Xpress, University of Virginia (29/06/2021) ; Trust my Science, Thomas Boisson (30/06/2021) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Tine Nys : la loi euthanasie devant la Cour constitutionnelle
/ Fin de vie

Tine Nys : la loi euthanasie devant la Cour constitutionnelle

En Belgique, le Tribunal correctionnel de Termonde a décidé de poser « deux questions préjudicielles » à la Cour constitutionnelle ...
Ohio : une personnalité juridique pour des hippopotames
/ Tous les autres thèmes

Ohio : une personnalité juridique pour des hippopotames

La semaine dernière, le tribunal fédéral de l’Ohio a accordé une « personnalité juridique » aux hippopotames de Pablo Escobar ...
cour_supreme_usa
/ IVG-IMG

USA : La Cour suprême refuse une nouvelle fois de bloquer la loi restreignant les IVG au Texas

Le vendredi 22 octobre 2021, la Cour suprême des Etats-Unis a annoncé qu’elle examinerait la loi sur l’IVG, le 1er ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres