Trou noir du Comité d’éthique sur la fin de vie

Publié le : 26 février 2014

 Dans son avis du 27 janvier 2014 relatifs aux aspects étiques de l’application de la loi sur l’euthanasie, et après trois ans de discussion, le Comité consultatif de Bioéthique Belge n’est pas parvenu à donner de décision claire et unanime.

 

Interrogé par le gouvernement fédéral sur la question, « un hôpital ou une maison de soins peuvent-ils interdire la pratique de l’euthanasie dans ses murs et activer une sorte de « clause de conscience collective »?, le Comité de bioéthique sèche. Les membres du Comité de bioéthique ne sont pas d’accord. Faut-il créer des « clinique de la mort » dont l’unique objet serait de prendre en charge les patients en fin de vie qui « répondraient aux conditions légales de l’euthanasie »? Certains membres y sont favorables. D’autres y préfèreraient des brigades mobiles de médecins pratiquant l’euthanasie. D’autres encore y sont totalement opposés invoquant une trop « forte pression sur les personnes les plus vulnérables qui accepteraient un ‘devoir de mourir’ « 

 

D’après la présentation de l’avis, il semble néanmoins se dégager que, selon le Comité de bioéthique, les brigades volantes pratiquant l’euthanasie serait une « meilleure » alternative que les « mouroirs ».
<p> La Libre.be (Hovine Annick) 25///02/2014 – Institut européen de bioéthique 24/02/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres