Traiter le cancer en utilisant CRISPR ?

Publié le 7 Fév, 2020

L’immunothérapie s’est considérablement développée ces vingt dernières années pour lutter contre le cancer. Une équipe de l’université de Pennsylvanie à Philadelphie vient de publier dans la revue Science, les conclusions d’un essai mené auprès de trois patients démontrant, dans ce domaine, « la faisabilité » d’un nouveau procédé.

 

« Chaque jour, notre système immunitaire, grâce notamment à des globules blancs particuliers appelés lymphocytes T, détruit des cellules anormales pour éviter qu’un cancer ne se développe ». Et quand « les lymphocytes T ne reconnaissent pas qu’une cellule est devenue anormale, celle-ci se multiplie sans être repérée et donne naissance à un cancer ».

 

Une première stratégie liée à l’immunothérapie, « consiste à prélever des lymphocytes T du malade pour les modifier et les aider à reconnaître les cellules cancéreuses en ajoutant un anticorps dirigé contre les cellules ciblées (le «chimeric antigen receptor» ou CAR) ». Ensuite, les CART-cells sont réinjectées « au malade, par une perfusion, après les avoir multipliés en laboratoire ». Au cours du processus, « long, complexe et coûteux », une sorte de « construction moléculaire particulière » transforme « les globules blancs du patient en “globules blanc anticorps”». Les chercheurs de Philadeplphie ont « prolongé le concept des CART » en utilisant CRISPR-Cas9 pour obtenir « des cellules plus spécifiques des cellules tumorales ». Les cellules réinjectées sont en capacité de reconnaitre les cellules cancéreuses. « C’est la première fois que la technologie Crispr-Cas9 est utilisée pour faire ainsi de l’édition de génome dans le cancer.», explique le Pr Chabannon, directeur du Centre d’investigation clinique en biothérapie à Marseille.

 

« Les trois patients traités par l’équipe américaine ont bien toléré le traitement, ce qui était le but de cet essai de phase 1 ». Il est cependant trop tôt pour tirer des conclusions à partir d’un si petit nombre de patients. Les cancers quant à eux « ont en fait progressé », a expliqué Edward Stadtmauer, médecin de l’université de Pennsylvanie et responsable de cet essai clinique.

 

Coût du traitement par patient : 400 000 dollars.

AFP ( 06/02/2020) – Le Figaro, Damien Mascret (06/02/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres