Téléthon : Mgrs Ricard et Vingt-Trois font le point

Publié le 8 Déc, 2006

Tous les évêques, sans exception, qui se sont exprimés sur le Téléthon ont fait part de leur désaccord sur la destruction des embryons dans le cadre de la recherche et des pratiques financées ou promues par l’AFM.

Le journal La Croix titre "pour le cardinal Ricard, l’heure est à la solidarité" au dessus d’une grande photo du plateau télévision du Téléthon 2005, laissant entendre ainsi que Mgr Ricard appelle à donner au Téléthon.

En réalité, le président de la Conférence des évêques de France dit son inquiétude sur l’utilisation des cellules souches embryonnaires. "Je suis inquiet de voir que tous les garde-fous que l’on met dans ce domaine pour encadrer la recherche sont sujets à remise en question les uns après les autres. La question est redoutable : où allons-nous ? C’est l’avenir de l’homme qui est en jeu."

Mgr Ricard considère que "ce serait un mauvais procès de faire porter tout le poids de cette interrogation au Téléthon" mais "qu’il est légitime qu’à l’occasion du Téléthon, beaucoup de catholiques s’interrogent sur l’affectation de leurs dons". A ses yeux, "il serait bon que le débat sur ces questions soit repris plus largement, au moment de la révision des lois sur la bioéthique".

Le site www.catholique-paris.com met en ligne l’intégralité des propos de Mgr André Vingt-Trois recueillis par J.Y. Nau pour le journal Le Monde du 1er décembre 2006. Il y reconfirme sa position.

Mgr Vingt-Trois rappelle la place du Téléthon dans notre société, mouvement de solidarité et de générosité qui a permis de faire sortir de l’anonymat de nombreux malades. "C’est précisément pourquoi j’estime qu’en raison de l’ampleur de ce phénomène et du poids moral qu’il a acquis dans la société française, on est en droit de poser des questions de fond sur les recherches qui reçoivent un financement".

Il déplore notamment la pratique du diagnostic préimplantatoire qui permet la sélection d’un embryon exempt d’une maladie mais entraine la destruction des embryons malades : "Guérir n’est pas, loin s’en faut, le synonyme d’empêcher de naître. Et faire quelque chose de bien n’exonère en rien du mal que l’on peut faire par ailleurs"

Concernant la pression exercée pour une autorisation sans condition de la recherche sur l’embryon, il interroge : "pourquoi une telle fascination pour la recherche sur l’embryon humain ? Quelles sont les raisons de cette fascination ?"

Contrairement à ce que certains veulent laisser entendre, de nombreux évêques ont pris la parole en ce sens depuis le début de la polémique : Mgr Aupetit vicaire général de Paris, Mgr Philippe Barbarin archevêque de Lyon, Mgr Di Falco évêque de Gap, Mgr Guyard évêque du Havre et président du comité épiscopal pour la santé, Mgr Yves Patenôtre archevêque de Sens-Auxerre, Mgr Ponthier archevêque de Marseille et vice-président de la conférence épiscopale, pour ne citer que ceux-là …

 

La Croix (P. Bienvault, B. Jouanno, C. Lesegretain, E. Maurot, M. Waintrop) 08/12/06 – catholique-paris.com

Partager cet article

Synthèses de presse

Fin de vie : des députés dénoncent les lacunes de l’étude d’impact
/ Fin de vie

Fin de vie : des députés dénoncent les lacunes de l’étude d’impact

Dans une lettre adressée à la présidente de l’Assemblée nationale, sept députés dénoncent le manque de données chiffrées de l’étude ...
Fin de vie : les soignants « extrêmement choqués de ne pas être entendus »
/ Fin de vie

Fin de vie : les soignants « extrêmement choqués de ne pas être entendus »

Le 22 avril, les auditions de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi sur la fin de vie ...
Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres