Suisse : plus de 50 suicides assistés en 2016 contre 12 en 2013

Publié le : 5 janvier 2017

En Suisse, dans le canton du Tessin, l’explosion des cas de suicides assistés alarme les autorités. Selon la police cantonale, 50 cas ont été rapportés en 2015, contre 17 en 2014 et 12 en 2013. Pour 2016, le canton enregistrait déjà 51 cas à fin novembre dernier (cf. Suisse: de plus en plus de suicides assistésEn Suisse, les demandes de suicide assisté « ont explosé »).

 

Pour Paolo Beltraminelli, chef du Département de la santé et des affaires sociales suisses, cette augmentation est attribuable à l’activité de l’association Liberty Life, une organisation d’assistance au suicide reconnue dans le canton, qui offre également ses services aux étrangers. Le conseiller d’Etat souligne qu’il est « impératif de continuer à surveiller le secteur de manière vigilante. D’autant que plusieurs bénéficiaires viennent de l’étranger, rendant plus difficile le contrôle garantissant la conformité de l’aide au suicide au droit suisse ». En effet, parmi les 50 personnes ayant eu recours au suicide assisté en 2015, 27 d’entre elles venaient de l’étranger, dont 24 d’Italie où l’euthanasie est interdite (cf. Hausse du nombre de suicides assistés en Suisse : « Le véritable danger serait d’installer une culture allant dans ce sens »).

 

En juin 2015, une interrogation parlementaire demandait au Conseil d’Etat des comptes sur la « galaxie de sociétés privées détenues par la présidente de Liberty Life, Mariangela Gasperini ». Cette italienne, infirmière de formation, est très active dans les secteurs du prêt-à-porter, de l’immobilier et la gestion de patrimoine. En décembre 2015, son droit de pratiquer comme infirmière dans le canton lui a été retiré (cf. Combien doit-on débourser pour une aide au suicide en Suisse ?).

 

En mai dernier, deux parlementaires suisses ont adressé une interrogation au Grand Conseil du pays intitulée « Assistance au suicide ou business? », demandant des éclaircissements quant à l’accompagnement au suicide dans le canton et sur les activités de Liberty Life en particulier. A ce jour, aucune réponse n’a été apportée (cf. Le vice-président d’Exit attaqué en justice pour « incitation au suicide »).

 

<p><span>Le Temps, Andrée-Marie Dussault (05/01/2017)</span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres