Suisse, le « tourisme de la mort » prend de l’ampleur

Publié le : 21 août 2014
La Suisse est un des rares pays dans le monde à disposer d’une législation en matière de suicide assisté et aide à mourir des étrangers, toujours plus nombreux. Cette assistance au suicide est autorisée, dès lors qu’elle ne répond pas à un « mobile égoïste », d’après le code pénal. Pour rappel, l’euthanasie reste illégale en Suisse.

 

La revue britannique Journal of Medical Ethics a publié cette semaine une étude sur ce phénomène. En analysant les données de l’Institut médico-légal de Zürich, des chercheurs suisses et britanniques ont constaté que le « tourisme de la mort » avait été multiplié par deux entre 2009 et 2012. Les Allemands (268) et les Britanniques (126) arrivent largement en tête, suivis par les Français (66), les Italiens (44), les Américains (21), les Autrichiens (14) et les Canadiens (12). L’âge des personnes concernées s’étalait de 23 à 97 ans, avec un âge moyen de 69 ans.

 

La substance principalement utilisée pour ces décès est le pentobarbital de sodium – également utilisé dans l’euthanasie vétérinaire. La méthode de l’inhalation de l’hélium a aussi été employée sur quatre personnes, méthode pourtant jugée « trop longue et trop douloureuse ».

 

Les cinq associations suisses actives comme Dignitas ou Exit qui pratiquent ces « suicides assistés » se prévalent de ne pas poursuivre de but lucratif. Cependant, le prix moyen d’un suicide assisté est de 8000 euros. Tanguy Châtel, sociologue spécialiste des questions sur la fin de vie, dénonce « des pratiques très contestables et le prix élevés des prestations. »

 

Dans un communiqué commun, les associations ont critiqué les conclusions de l’étude qui comporte de « nombreuses imprécisions ». Selon le secrétaire général et cofondateur de Dignitas, Ludwig Minelli, « la période choisie n’est pas représentative. Si on regarde les statistiques sur une période plus longue, vous verrez que les chiffres de 2012 sont ceux de 2006. Il est donc totalement faux de dire que le nombre de cas a doublé. À la rigueur on peut parler d’une accélération modeste. »
<p>Sudinfo.be 21-08-2014 - Le Figaro (Caroline Piquet) 22-08-2014 - Le Parisien 21-08-2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres