Stérilisations forcées : condamnation pour génocide ?

Publié le 26 Juil, 2002

Dans son rapport sur les stérilisations forcées de plus de 200 000 personnes (cf. revue de presse du 25/07/02), le ministre péruvien de la Santé, Fernando Carbone, accuse l’ex-président Alberto Fujimori et plusieurs de ces ministres responsables de ces “violations des droits de l’homme” et demande pardon aux péruviens pour cette campagne d'”attentats à la vie“.  

Alberto Fujimori a fui au Japon en 2000, poursuivi pour corruption. Il a toujours affirmé que le “programme de contraception chirurgicale volontaire” visait à combattre la pauvreté sans recourir à la contrainte. 

Cette campagne de stérilisations s’adressait essentiellement aux populations indigènes pauvres et violait les lois nationales de protection du droit à la vie. L’ex-président pourrait pour ce motif être incriminé pour génocide.

La Croix 26/07/02 – Misna 25/07/02

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

booties-2047596_1920

Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro est légal. Un marché ...
hacker
/ E-santé

Ecosse : des données relatives à la santé mentale d’enfants divulguées

Le NHS Dumfries and Galloway a confirmé que des données relatives à la santé mentale d’enfants ont été publiées par ...
pape_francois
/ Fin de vie

Pape François : l’euthanasie est « un échec de l’amour »

S’adressant aux participants du symposium sur les soins palliatifs, le Pape a rappelé que l’euthanasie « n’est jamais une source ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres