Sinistres expériences américaines au Guatema

Publié le 30 Août, 2011

La commission présidentielle pour l’étude des sujets de bioéthique du président Barack Obama a révélé lundi 28 août 2011 que des expériences menées par des scientifiques américains au Guatemala entre 1946 et 1948 avaient tué au moins 83 personnes. C’est une historienne du Massachusetts, Susan Reverby, qui a découvert en 2010 l’existence de cette expérience en faisant des recherches sur une autre affaire sinistre : l’étude de la syphilis à Tuskugee, dans l’Alabama.

Les archives découvertes faisaient état d’expérience menées au Guatemala dans le cadre de recherches visant à déterminer si la pénicilline pouvait prévenir diverses maladies sexuellement transmissibles. Les scientifiques avaient utilisé des cobayes humains, inoculant la syphilis et la blennorragie à près de 1300 personnes, toutes infectées à leur insu. 700 seulement bénéficièrent d’un traitement. On refusa à d’autres tout traitement afin d’étudier l’évolution de la maladie. Le principal médecin impliqué dans l’expérience, John Cutler, avait choisi cette république car il pouvait y mener impunément des expériences illégales aux Etats-Unis.

La commission devrait rendre un rapport complet à Barack Obama en septembre 2011.

La Croix (Gilles Biassette) 31/08/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres