Royaume-Uni : le génome de 100 000 bébés bientôt séquencé

Publié le 13 Déc, 2022

Au Royaume-Uni, Genomics England va procéder au séquençage du génome de 100 000 bébés au cours des deux prochaines années.

L’étude poursuit plusieurs objectifs. Elle vise à évaluer si le séquençage du génome des bébés à la naissance peut permettre de poser un diagnostic plus rapidement, et ainsi accélérer l’accès au traitement. « Environ 200 maladies génétiques rares » sont concernées[1]. Cette étude doit également examiner le rapport coût-efficacité de cette approche, en fonction des économies potentiellement réalisées par le NHS grâce à la prévention de ces pathologies. Enfin, les chercheurs regarderont aussi dans quelle mesure les parents sont disposés à donner leur accord à cette pratique.

« L’utilisation du séquençage du génome entier pour le dépistage des nouveau-nés est un pas vers l’inconnu », prévient Frances Flinter, professeur émérite de génétique clinique au Guy’s & St Thomas NHS foundation trust, et membre du Nuffield council on bioethics. La balance bénéfices-risques est un aspect « crucial ». En effet, ce dépistage peut générer une « anxiété inutile » chez les parents, les résultats pouvant être « erronés ou incertains », prévient le professeur.

Quid de la sécurité des données ?

Même si les chercheurs ne rechercheront dans le génome des bébés que les maladies génétiques qui apparaissent dans la petite enfance, et pour lesquelles il existe déjà un « traitement efficace », leurs séquences seront conservées dans un fichier. A l’avenir, cela pourrait amener d’autres tests qui permettraient d’identifier des maladies non traitables apparaissant à l’âge adulte, ou d’autres caractéristiques déterminées génétiquement. Ces données pourraient aussi être utilisées pour « personnaliser » un traitement. Ainsi, si une personne développe un cancer à l’âge adulte, il pourrait être possible d’utiliser les informations génétiques stockées pour faciliter le diagnostic et le traitement.

« L’un des défis posés par les génomes des nouveau-nés est qu’ils vont potentiellement accompagner les gens du berceau à la tombe », pointe Sarah Norcross, directrice du Progress Educational Trust (PET). Dès lors, « les gens doivent pouvoir être sûrs que les données recueillies ne seront utilisées que de la manière convenue et dans le but déclaré », indique-t-elle.

Un risque de dévoiement de l’utilisation des données

Selon une étude à l’initiative du PET au début de l’année, 57 % des Britanniques seraient favorables au stockage de données génétiques dans une base de données nationale, « à condition qu’elles ne soient accessibles qu’à la personne séquencée et aux professionnels de santé impliqués dans ses soins » (cf. Données de santé : “Votre dossier médical est comme une empreinte digitale de votre vie entière”). Seuls 12 % des personnes s’y opposeraient.

Les sondés sont cependant bien moins favorables au stockage des données génétiques d’une personne à des fins d’utilisation par les autorités gouvernementales, y compris la police. Une telle possibilité a reçu le soutien de 40 % des personnes interrogées. Un quart s’y sont opposées. Si Genomics England a mis en place de « bonnes garanties », « ce risque ne peut jamais être complètement éliminé », reconnaît Sarah Norcross.

 

[1] Chaque année, environ 3 000 enfants naissent au Royaume-Uni avec une maladie rare traitable qui pourrait être détectée grâce au séquençage du génome.

Source : The Guardian, Linda Geddes (13/12/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres