Recherche sur l’embryon : Europe divisée

Publié le : 20 septembre 2002

 

En début d’années, le Parlement européen s’était prononcé en faveur du financement de la recherche sur les embryons surnuméraires, les cellules souches embryonnaires et leurs lignées cellulaires car « le respect du pluralisme des cultures et des approches éthiques en Europe (…) doit conduire à ne pas exclure à priori l’attribution d’aides financières menées dans les pays où elles sont autorisées ». Fin juillet, un embargo temporaire sur le financement de la recherche sur l’embryon humain et ses cellules-souches, prévu au titre de divers programmes spécifiques du VIe programme-cadre de recherche et développement était adopté par le Conseil des ministres de l’Union européenne (cf. revue de presse du 29/08/02). 

Aujourd’hui, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, l’Autriche et l’Allemagne refusent de financer des recherches sur l’embryon qui ne sont pas autorisées sur leur sol.

 

<p>Famille Chrétienne (Grégor Puppinck) 21/09/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres