Première application de la « loi Perruche »

Publié le 14 Juin, 2002

Les époux Maurice, parents d’une enfant atteint d’une myopathie non détectée durant la grossesse vont devoir rembourser les dommages et intérêts reçus de l’AP – HP. La Cour administrative de Paris vient de décider de ramener l’indemnité provisionnelle accordée en décembre 2001 aux époux Maurice, de 150 000 euros à 15 245 euros faisant ainsi une première application de la loi du 4 mars 2002.

Rappelons que la loi stipulait dans son article 1er que les parents d’un enfant handicapé à la suite d’une faute médicale « peuvent demander une indemnité au titre de leur seul préjudice ». Elle précise que «ce préjudice ne saurait inclure les charges particulières découlant, tout au long de la vie d’un enfant, de ce handicap » la compensation de ce denier devant être pris « par la solidarité nationale ».

Le Nouvel Observateur 14/06/02 – La Croix 14/06/02

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres